Robert Deillon, directeur général de Genève Aéroport depuis près de 10 ans, prend sa retraite en juillet 2017. Cointrin lui cherche déjà un successeur, a appris Le Temps. «Une annonce est parue à l’interne, dans la presse locale et nationale. Un cabinet de chasseurs de têtes a également été mandaté pour identifier les perles rares potentielles à l’international», confirme Bertrand Stämpfli, porte-parole de la plateforme.

Selon nos informations, plusieurs personnes ont déjà fait acte de candidature. Il serait en outre prévu de remanier en grande partie le cahier des charges du poste, l’actuel directeur général faisant l’objet de nombreuses critiques quant à sa gestion, notamment en faveur d’une rentabilité des surfaces commerciales de la plateforme, au détriment par exemple de l’aviation privée, source de revenus pour l’heure jugée moins prioritaire.

Genève Aéroport, colonne vertébrale de la croissance économique du canton, a généré l’an passé un chiffre d’affaires en hausse de 7,3%, à près de 404 millions de francs. La régie publique autonome a également dépassé, en 2014, la barre record de 15 millions de passagers. Et s’attend, à l’horizon 2030, à accueillir 25 millions de voyageurs, soit autant que Zürich actuellement, la plus importante plateforme aéroportuaire du pays. Autre marque de dynamisme: Cointrin affiche une progression annuelle de ses activités de l’ordre de 4 à 5%, alors que la plupart de ses concurrentes européennes stagnent, voire reculent.

Nombreux défis en perspective

L’annonce pour accéder à la tête de Genève Aéroport intervient 20 mois avant le départ effectif de Robert Deillon, à condition que ce dernier ne fasse pas valoir des jours de congé à rattraper. «Une période transitoire, avec le soutien de l’actuel directeur, est prévue avant la reprise en main totale des opérations de la plateforme par son successeur», précise Bertrand Stämpfli. Tenant compte du délai pour lancer efficacement un appel d’offres, le processus de sélection/évaluation des dossiers et, au final, la nomination du (de la) successeur(e) par le Conseil d’État, l’échéance du 65e anniversaire de Robert Deillon arrive à grands pas. Ce d’autant plus que la prochaine personne à reprendre la tête de Cointrin devra respecter un délai contractuel – généralement de six mois – auprès de son ancien employeur.

Cointrin emploie directement 920 salariés. Mais si l’on tient compte de l’ensemble des entreprises présentes sur la plateforme, ses effectifs totaux regroupent plus de 10 000 personnes. Parmi les défis du (de la) nouveau (elle) directeur (trice) de Genève Aéroport, outre la maîtrise de la croissance de l’aérogare, figure la conduite du projet d’aménagement de l’Aile est, lancé en 2009 et devisé à quelque 620 millions de francs pour accueillir une flotte d’appareils gros-porteurs. Preuve d’une volonté de repenser son fonctionnement, pour davantage d’efficacité et de cohérence, Genève Aéroport s’est doté depuis janvier dernier d’une toute première présidente de son Conseil d’administration, extérieure à l’Exécutif genevois, en la personne de Corine Moinat.