BAT pourrait décider cette semaine de sa nouvelle organisation en Suisse. Les rapports d'évaluation des différents sites par les consultants engagés par la firme sont présentés ces jours-ci à la direction générale du groupe à Londres. Une décision pourrait suivre les jours prochains.

Rappelons que, suite à sa fusion avec Rothmans en janvier, le groupe cigarettier veut regrouper ses activités suisses. Il détient une unité de production (120 employés) et du personnel administratif (130 personnes) à Genève. Dans le Jura, Rothmans possède l'usine Burrus (330 personnes) à Boncourt tandis qu'une cinquantaine d'employés travaillent pour le groupe à Lausanne. BAT désire éliminer un des deux sites de production.

Non-concurrence fiscale

Les cantons, qui ont signé le mois dernier un accord de non-concurrence fiscale, ont déposé leurs offres auprès de BAT voilà deux semaines. La procédure a pris du retard. Comme le souligne une source proche des négociations, «les cantons se sont rapidement mis d'accord sur le principe d'abandon de la concurrence fiscale.

Mais quand les techniciens s'en sont mêlés pour déterminer les allégements fiscaux à accorder, ce fut une tout autre histoire».

Au terme des négociations, rien n'a été dévoilé quant aux accords des cantons sur les franchises d'impôts proposées à BAT.

Avantage à Boncourt

Les pronostics divergent quant à l'issue de l'affaire. A Genève, les employés ont déjà l'impression d'avoir bataille perdue. Selon eux, la fabrication reviendra à Boncourt et l'usine ultramoderne des Acacias n'aura plus qu'à fermer. La nomination de Bill Ryan, ancien directeur général de Rothmans au titre de vice-directeur d'exploitation a été vue par certains comme un signe de la prééminence de Rothmans, et donc du Jura, sur BAT et Genève dans le domaine de la production.

Mais le principal intéressé a fait savoir que cette nomination n'aurait aucune incidence sur le sens de la décision à venir du bureau de Londres. Le sentiment qui domine parmi les principaux observateurs du dossier tend plutôt vers une organisation par spécialités de chaque site: à Boncourt la fabrication, à Genève le marketing et les ventes.

Réponse dans les prochains jours.