Genève devient un pôle de la cryptologie et attire toujours plus les entreprises du secteur. Depuis mardi, WISeKey et Téléhouse fournissent ensemble des services d'hébergement de banques de données, clés informatiques en main. Cette nouvelle alliance permet de livrer des autorités de certification, une sorte de passeport digital, à des sociétés désireuses de sous-traiter leur architecture informatique.

Le système de clés publiques («public key infrastructure» – PKI) permet de sécuriser le réseau des sociétés qui échangent des informations sur Internet. «Le e-commerce nécessite aujourd'hui une efficacité opérationnelle et une confiance accrues. L'accord conclu avec Téléhouse fait partie de notre plan d'offrir à nos clients sur la planète une solution totalement intégrée», souligne Eric Burrus, directeur des ventes de WISeKey. Cette société de la Nouvelle Economie a déjà vendu près d'un millions de certificats numériques. La jeune entreprise espère en vendre 30 millions en 2002.

Du côté de Téléhouse, qui a installé ses superordinateurs dans les anciens locaux de la Bourse à Genève, cet accord de partenariat renforce sa position dans le secteur des «dépôts de données informatiques». Selon Frédéric Strittmatter, son directeur général, «la plupart des entreprises qui choisissent la solution d'hébergement des données le font afin de s'éviter des dépenses directes, une perte de temps et les tourments qu'implique l'édification de son propre site informatique.»

Une place forte

Plusieurs éléments sont à l'origine de cette floraison de sociétés qui font partie de la Net économie. Tout d'abord l'environnement économique. La présence dans le canton de nombreux constructeurs tels que Hewlett Packard, Dell et Motorola favorisent l'émergence de nouvelles sociétés de stockages.

Ensuite, Genève est le siège de bon nombre d'organisations internationales (UIT, OMC, ONU…) qui utilisent les réseaux des réseaux. Il en va de même avec les banques, qui stimulent l'émergence de sites d'accueil protégés. Mais c'est la confidentialité et la protection des données qui font du canton-ville une place forte dans le domaine de la cryptologie. «Nous allons bientôt accueillir la fine fleur de ce secteur en plein boom» déclare Robert Kuster, responsable à la Promotion économique du canton. En effet, l'américain Brocade est le dernier venu de la liste, après C-Net, Prolink, Psinet, Digiplex, Safe Host, GTS ainsi que LDCom et ses 22 000m2 de surface de stockage aux Acacias.

Longtemps laissée de côté, Genève est, d'après les spécialistes, un centre de protection de données qui a beaucoup d'avenir. Encore faut-il que la densité du réseau de fibres optiques facilite cette expansion.