Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Henri de Croÿ, consultant et animateur du groupe Helin, photographié à Bruxelles en 2012.
© ImageGlobe / Jonas Hamers

Finance

Genève et la France ciblent un réseau d’opacification fiscale

Le mystérieux groupe Helin, basé aux Emirats arabes unis, gère discrètement les fortunes d’aristocrates et de patrons européens. Ses méthodes agressives, révélées ce mercredi par «L’Obs», lui valent plusieurs enquêtes judiciaires

Le groupe Helin, opaque structure de gestion de fortune basée à Ras al-Khaimah, aux Emirats arabes unis, fait l’objet d’enquêtes judiciaires à Genève et en France et a subi une fuite massive de données, révèle ce mercredi le site de l’hebdomadaire français L’Obs.

Helin n’a aucune présence sur internet et fonctionne comme une nébuleuse de sociétés et de trusts qui permet à ses clients de camoufler leur identité lors de transactions sensibles, selon L’Obs, qui a eu accès à des milliers de documents confidentiels extraits du cœur même du groupe.

Chez Helin, l’utilisation de prête-noms est généralisée, bien au-delà de tout ce que j’ai pu voir dans ma carrière

François Dejardin, dirigeant de Helin, dans «L’Obs»

Ces documents décrivent les stratagèmes utilisés par certains individus fortunés pour maintenir leur anonymat à l’ère de la transparence fiscale généralisée. Cartes noires prépayées sans nom de titulaire, retraits en espèces, prêts fictifs jamais remboursés, utilisation de pseudonymes pour cacher l’identité des donneurs d’ordres au sein du groupe…

Prête-noms et chèques en blanc

L’Obs publie l’interview d’un dirigeant ou ex-dirigeant de Helin, François Dejardin, qui donne une idée inquiétante du niveau de due diligence du groupe. «Chez Helin, l’utilisation de prête-noms est généralisée, bien au-delà de tout ce que j’ai pu voir dans ma carrière», explique l’ancien manager installé à Ras al-Khaimah. «Il m’est aussi arrivé de signer des papiers en blanc, dont il a été fait – je m’en rends compte aujourd’hui – un usage abusif. […] Je découvre que les transactions de certains clients sont passées par les structures d’autres clients.»

Le footballeur ivoirien Didier Drogba aurait ainsi été utilisé, moyennant commission, pour permettre au groupe minier La Mancha d’acquérir secrètement une participation en Côte d'Ivoire. Le dirigeant de La Mancha, Sébastien de Montessus, ancien du groupe nucléaire Areva, aurait eu recours à un avocat genevois, Christian Fischele, pour des opérations de «portage», comme l’acquisition furtive d’une demeure en Normandie. Contacté à son étude, Christian Fischele n’a pas retourné l’appel du Temps.

Ces méthodes de dissimulation ont été mises au service d’une clientèle variée d'au moins 200 personnes: aristocrates européens (Michel de Yougoslavie), marchands d’art et décorateurs italiens, patrons français (dont Frédéric Laporte de la marque Dinh Van) ou oligarques russes comme Vladimir Nekrasov, premier vice-président de Lukoil, énumère L’Obs.

Connexion neuchâteloise

Il faut dire que les fondateurs d’Helin ont un beau carnet d’adresses et une solide expérience dans la finance. Sa principale dirigeante, Geraldine Whittaker, est une ancienne banquière anglaise qui résiderait à temps partiel à Neuchâtel. Ses associés, les frères Henri et Emmanuel de Croÿ, sont des nobles belges qui dirigent des appendices de la nébuleuse Helin à Genève et Neuchâtel.

Leur arrivée dans ce dernier canton remonte au début des années 2000. A l'époque, L'Express et L'Impartial avaient noté qu'Henri de Croÿ avait été attiré par le promotion économique locale et qu'il possédait une somptueuse propriété dans le Val-de-Travers, où il avait des bureaux. Geraldine Whittaker avait aussi créé à Neuchâtel une fondation charitable, Elysium, avec l'ancien délégué à la promotion économique Francis Sermet. Selon ce dernier, Elysium était alors la fondation privée la mieux dotée de tout le canton.

Les choses se sont gâtées pour les dirigeants du groupe Helin en février 2017, avec l’arrestation aux Emirats d’un de leurs clients, Aleksei Korotaev. L’homme d’affaires russo-genevois et ancien membre de l’équipe suisse de plongeon est alors accusé d’avoir émis un chèque sans provision pour plus de 18 millions d’euros. Lors de son procès – il fera plusieurs mois de prison avant d’être condamné à une faible amende en deuxième instance –, il accuse le groupe Helin d’avoir vidé ses comptes.

L’affaire a des répercussions en cascade. Libéré, Aleksei Korotaev dépose plainte contre Helin, qui voit à son tour ses comptes bloqués aux Emirats, selon L’Obs. D’autres clients sont alors privés d’accès à leur argent. Parmi eux, les sœurs Rigaud, des Françaises qui ont déposé plainte à Genève, où une enquête pénale est en cours pour abus de confiance et gestion déloyale. Selon nos informations, Henri de Croÿ et un autre dirigeant du groupe Helin en Suisse sont prévenus dans cette procédure.

Une société financière genevoise, Gadd Infinum SA, qui était liée à Helin, a été perquisitionnée. Personne n'était joignable à ses bureaux jeudi, jour férié à Genève.

En France, un gestionnaire du groupe Helin est mis en examen pour «blanchiment d’abus de biens sociaux et de fraude fiscale en bande organisée». Des enquêtes qui pourraient s’étendre et viser d’autres têtes du groupe après les révélations de L’Obs.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)