Genève

A Genève, des frontaliers plus éloignés et moins qualifiés

Le temps de trajet vers leur travail s’allonge pour les pendulaires français, qui s’implantent de plus en plus loin de Genève. Sans que cela soit dissuasif

Les travailleurs frontaliers mettent de plus en plus de temps pour se rendre à leur travail à Genève. La moitié d’entre eux passent plus de 45 minutes chaque matin dans leur voiture, alors qu’ils n’étaient qu’un tiers à le faire en 2015, selon la deuxième édition de L’observatoire des frontaliers, dévoilée mercredi par Crédit Agricole et le Groupement transfrontalier européen.

Le frontalier type actif à Genève est plutôt un homme âgé de 40 à 54 ans et qui travaille en Suisse depuis plus de dix ans, montre ce sondage IPSOS effectué auprès de 403 travailleurs non résidents. Un sondé sur cinq affirme passer plus d’une heure pour rejoindre son lieu de travail le matin, soit deux fois plus qu’en 2015, lors de la première édition de cette étude.

Le logement étant de plus en plus coûteux dans le premier cercle autour de Genève (30 km), «les frontaliers s’éloignent facilement de 10 ou 20 km supplémentaires, observe Richard Laborie, directeur adjoint du Crédit Agricole des Savoie. Mais cela provoque une pression sur les ressources de l’Arc alpin, de Grenoble à Lausanne, qu’il s’agisse du foncier, des infrastructures de transport ou des ressources humaines.»

Pas dissuasif pour autant

Néanmoins, «le temps de transport n’a pas d’effet dissuasif», enchaîne Catherine Galvez, patronne de Crédit Agricole Next Bank à Genève. En vingt ans, le nombre de frontaliers étrangers à Genève est passé d’environ 26 000 à 81 226 au troisième trimestre 2018, un chiffre en recul d’environ 4000 unités sur trois mois.

Les transports en commun ont moins la cote aux yeux de cette population. Seulement 17% des frontaliers interrogés les utilisent et moins d’un tiers se disent prêts à le faire, contre 50% il y a trois ans. Parce que les parkings relais sont insuffisants et saturés, et parce que les frontaliers prennent de toute façon leur voiture pour le début de leur parcours, relèvent les auteurs de l’étude. Une voiture qui reste plébiscitée par plus de 90% des sondés, de plus en plus nombreux à utiliser l’autoroute.

Autre évolution observée entre 2015 et 2018, les frontaliers sont dorénavant majoritairement des ouvriers et employés, alors que 55% d’entre eux étaient des dirigeants, cadres ou indépendants en 2015. La progression du secteur du commerce (qui a dépassé la santé en tant que premier employeur de frontaliers à Genève) explique peut-être cette évolution. La préférence cantonale à l’embauche, instaurée en juillet dernier, joue peut-être aussi un rôle, glisse Michel Charrat, le président du Groupement frontalier européen. Un peu plus de 57% des sondés gagnent moins de 80 000 francs brut par an et 15% affichent plus de 100 000 francs de revenu brut.

Publicité