Classement

Genève est lanterne rouge du libéralisme en Suisse

Le degré de liberté s’est accru dans les cantons suisses grâce à l’amélioration de leurs finances, selon l’indice développé par Avenir Suisse. Mais si le Jura est champion des libertés civiles, Genève est lanterne rouge du libéralisme

Les cantons alémaniques sont les plus libres du pays, selon l’indice de liberté d’Avenir Suisse publié mardi. Argovie arrive en tête depuis la première publication de l’indice en 2009 et le demeure en 2017. 

A lire aussi: Moins d'Etat, moins d'impôts et voilà plus de prospérité

L'indice d'Avenir Suisse combine la liberté économique et les libertés civiles. La liberté économique repose sur des critères tels que la charge fiscale pour une famille moyenne, l’imposition du second revenu, la déduction des frais de garde externe, le frein à l’endettement, la réglementation du marché du travail ou la protection des non-fumeurs. Les libertés civiles sont pour leur part analysées à l’aune d’indicateurs comme le libre choix de l’école, la surveillance vidéo, la sécurité publique, la durée de résidence pour la naturalisation. Les chiffres  de l'indice 2017 sont tirés des statistiques officielles pour 2015, explique Samuel Rutz, auteur de l'étude.

Le Jura en tête des libertés civiles

Schwytz pointe toujours en deuxième position, devant Appenzell Rhodes-Extérieures et Glaris. Le canton d’Argovie est même parvenu à augmenter son nombre de points (+2 à 73). S’il reste leader, il occupe toutefois le 2e rang en termes de liberté économique comme de liberté civile.

A lire aussi: Benjamin Constant et le pragmatisme libéral

C’est le Jura qui offre à nouveau la plus grande liberté civile et Schwytz la plus grande liberté économique. Pourtant, le Jura (6e au total), par ailleurs avant-dernier de la liberté économique, appartient au groupe des cantons dont le nombre de points diminue, avec Schaffhouse, Thurgovie, Zoug et le Tessin. Ce dernier est le grand perdant de l’indice 2017 en raison de l’interdiction de la burka et des restrictions accrues du marché du travail.

Genève, canton trop réglementé

Genève ferme à nouveau la marche, comme chaque année depuis que l'indice d'Avenir Suisse est publié. Le canton du bout du lac, le moins libéral du pays, fait tout de même quelques progrès en termes de libéralisme (+1 à 27 points), selon l’auteur. Genève réduit l’écart avec Uri, l’avant-dernier, grâce à la réduction de la durée nécessaire à l’obtention d’un permis de construire.

Ainsi, en 2015: Genève est «le canton le moins libéral du pays», selon Avenir Suisse

Au total, les cantons sont plus libéraux qu’un an auparavant grâce à l’amélioration de leurs finances publiques. Mais on observe surtout que les écarts se resserrent. Les raisons de l’augmentation du libéralisme s’appuient les critères tels que la durée d’obtention d’un permis de construire,, la sécurité publique, les finances cantonales. On constate que les finances publiques se sont améliorées dans 14 cantons.

Vaud en progrès

C’est dans le milieu du classement que Samuel Rutz constate les plus grands changements. Vaud fait un grand pas en avant à l’indice de liberté (21e au total), ainsi que Saint-Gall, Nidwald, Soleure et Obwald.

Bâle-Campagne est le canton qui réalise le plus grand saut en direction du trio de tête, en vertu de ses efforts de décentralisation et de sécurité publique ainsi que de la légère amélioration de ses finances publiques. Le demi-canton gagne six places en un an et se classe ainsi au 13e rang.

Toutefois, un tiers des cantons ont augmenté leur degré de centralisation, avertit le laboratoire d’idées.

Publicité