Bling-bling, c’est fini. Gestionnaire de fortune flamboyant du temps de sa splendeur, G. affiche désormais un air intensément contrit devant le Tribunal correctionnel de Genève. «J’ai honte», dira-t-il lors de cette première journée d’audience. Accusé d’avoir roulé ses clients dans la farine et jonglé avec leurs comptes pour masquer des pertes abyssales tout en menant grand train, le magicien déchu de la finance se voit également reprocher les longues années de malheurs judiciaires causées à son non moins célèbre ancien associé au sein de la société Hottinger & Partners SA (HPSA). Ce dernier, faussement dénoncé comme le complice de la fraude, a finalement été blanchi et indemnisé par l’Etat.