Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
La Halle 6 de Palexpo à Genève.
© JEAN-CHRISTOPHE BOTT

Congrès

Genève se réinvente un Salon du tourisme d’affaires

Les milieux professionnels tentent toujours d’exorciser la perte de l’expo EIBTM. Le départ de cette manifestation majeure pour Barcelone, il y a plus de dix ans, avait participé à une remise en question des compétences romandes en matière d’accueil de foires internationales

Nom de code: SETA, pour Salon de l’événementiel et du tourisme d’affaires. Cette nouvelle manifestation, inédite depuis 2004 en Suisse romande, a pour ambition de devenir la prochaine «porte d’entrée pour le marché helvétique» en matière d’événementiel, de congrès et autres séminaires internationaux. C’est en tous les cas ce que font miroiter ses organisateurs, les sociétés allemande Boerding exposition et lyonnaise Séminaires Business Events.

Plus de 100 exposants – locaux, d’outre-Sarine et de France voisine – se seraient déjà inscrits pour cette première cuvée, soutenue par le Secrétariat d’Etat à l’économie et venue officieusement remplacer l’ancien événement phare EIBTM, lequel s’est tenu à Genève de 1988 à 2004, avant de déménager avec fracas pour Barcelone. Le rendez-vous de substitut ouvre ses portes le 9 février prochain à Palexpo. «Une journée, c’est un format approprié pour le tourisme», estime Achim Frerker-Emrich, responsable du projet chez Boerding exposition, également directeur du Salon RH à Genève.

À l’époque, EIBTM (rebaptisé depuis IBTM), générait 25 millions de francs de retombées économiques pour le canton, dont environ deux millions rien que pour Palexpo. L’événement, réparti sur trois jours, permettait de cumuler plus de 11 000 nuitées (quelque 3000 invités tous frais payés, 5000 acheteurs professionnels et environ 3000 exposants). La nouvelle mouture s’adresse, pour l’heure, à un public plus restreint, soit des cadres dirigeants désireux de présenter leur expertise, développer de nouveaux partenariats ou de tester le marché suisse.

Jusqu’à 75% du chiffre d’affaires

«Nous voulions à l’origine lancer SETA fin 2014, mais pour des questions logistiques, il a fallu reporter à début 2016. Les dates pour 2017 sont déjà réservées», précise Achim Frerker-Emrich qui, depuis des mois discute avec les milieux hôteliers genevois pour trouver la formule idoine.

À l’échelle nationale, le tourisme d’affaires représente une nuitée sur cinq, soit près de deux milliards de francs de chiffre d’affaires annuel. Dans les principales villes du pays, la part de l’industrie des réunions dépasse les 50%. Elle atteint même les 75% de retombées à Genève.

Selon la dernière étude de Suisse Tourisme, publiée en 2014, le marché helvétique est le théâtre chaque année de quelque 30 000 manifestations incitatives ou commerciales (+32% de croissance entre 2011 et 2013), générant environ 6,5 millions de nuitées, soit près de 20% des ventes du secteur hôtelier du pays.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)