Sur la place Charles-Sturm à Genève, entre des bâtiments historiques et une allée d’arbres, le Pavillon de la danse s’étend comme un accordéon étiré juste ce qu’il faut pour entamer un air. Surplombant le Bourg-de-Four et le quartier de Villereuse, il a été achevé fin 2020 et attend désormais la levée des restrictions sanitaires pour mettre la danse contemporaine en lumière.

«C’est très étrange et frustrant d’emménager dans un théâtre alors que tous les autres sont fermés, relève Anne Davier, co-directrice de l’Association pour la danse contemporaine, qui s’y est installée à la mi-mars. Mais cela fait vingt ans que nous travaillons sur le projet d’un tel lieu, c’est donc l’aboutissement d’une longue période: on attend de pouvoir accueillir le public avec d’autant plus d’excitation.»