Une avalanche de litiges commerciaux liés aux effets de la pandémie? La perspective pourrait bien booster l’activité des «financeurs» de procès. Ce concept, très en vogue dans les pays anglo-saxons, plutôt mal connu sous nos latitudes, a encore de la peine à s’implanter en Suisse. Pourtant, une société a relevé le défi. Créée en mars 2019 à Genève, Swiss Legal Finance (SLF) propose de prendre à sa charge tous les frais et honoraires d’avocat liés au contentieux judiciaire en échange d’un pourcentage sur le gain effectivement réalisé. Seul acteur sur le marché romand, cette structure voit ses sollicitations grimper avec la crise sanitaire et le manque de liquidités.