Une multinationale genevoise est au centre d’une vaste procédure en justice, aux Etats-Unis, en Allemagne et au Royaume-Uni, portant sur des instruments chirurgicaux dans les opérations de la cataracte. Alcon, une firme siégeant à Vernier, est accusé par AMO, une filiale du géant américain Johnson & Johnson (J&J), de violations d’une vingtaine de brevets. Le groupe suisse a contre-attaqué en justice dans les trois mêmes pays, estimant que le tricheur, c’est en fait AMO. L’affaire apporte un éclairage inédit sur le monde complexe des brevets, leur utilisation, les éventuels abus en leur nom.