Le genevois Etrion investit des millions dans le solaire

Energie Le groupe a finalisé la construction d’une centrale photovoltaïque au Chili

Discrète, la société Etrion Corporation, basée à la rue de la Rôtisserie à Genève, est un important producteur indépendant d’électricité. Elle vient d’achever la construction d’une centrale photovoltaïque au Chili dans le désert d’Atacama.

L’opération, baptisée «Salvador», a été réalisée en partenariat avec TotalSunPower, filiale solaire du groupe pétrolier français Total. La filiale de Total agit en tant que contractant EPC (Engineering, Procurement, and Construction) pour construire ce projet. Le coût est estimé à 193 millions de francs. Cette ferme solaire va produire 70 mégawatts (MW) d’électricité, ce qui suffirait à fournir de l’électricité à quelque 80 000 ménages. L’énergie produite sera dans un premier temps revendue au réseau électrique puis sera proposée à des clients industriels. Le groupe genevois espère notamment fournir de l’électricité aux mines de cuivre.

Projets au Japon

Déjà présent en Italie, via plusieurs parcs solaires, le groupe Etrion prévoit également d’investir 678 millions de francs dans d’autres projets au Chili ainsi qu’au Japon. A cet effet, Etrion a conclu un accord de développement en commun avec le géant nippon Hitachi High-Tech ayant comme objectif de développer conjointement 100MW d’énergie solaire d’ici 2015 et participer ainsi au plan étatique japonais qui vise une transition énergétique du pétrole ou du nucléaire vers les énergies vertes. «Nous prévoyons d’obtenir tous les permis relatifs à nos projets en développement au Chili en début d’année prochaine. Pour le Japon, l’objectif est d’y développer des projets de 300 MW qui seront prêts à démarrer d’ici à 2017», explique Pamela Chouamier, responsable des relations aux investisseurs chez Etrion Corporation.

La famille Lundin à travers de divers trusts est actionnaire majoritaire d’Etrion Corporation, Etrion a réalisé en 2013 un chiffre d’affaires de 52 millions de francs pour un EBIT­DA de 39 millions et une perte nette de 10,39 millions. Le modèle d’affaires du groupe genevois consiste à acheter ou louer des terrains. Puis, d’emprunter des fonds pour financer la construction de ses fermes solaires.

Coté à Toronto et au Nasdaq OMX en Suède, Etrion possède des bureaux à Genève, à Tokyo, à Rome et au Chili. La société compte un total de 35 employés de 17 nationalités différentes. Dirigé par Marco Northland et présidé par Ian Lundin – également président du conseil d’administration de Lundin Petroleum –, le groupe souhaite se positionner comme une plateforme mondiale de l’énergie solaire.