Commerce électronique

Le genevois Maus Frères cède sa majorité dans Eboutic.ch

Le numéro un mondial du déstockage Vente-privée rachète 51% des parts du site marchant lausannois. La transaction vise à accélérer les croissances des deux nouveaux partenaires

Les fondateurs d’eboutic.ch ne s’en sont jamais cachés: la création de leur plateforme en 2007 est directement inspirée du modèle du site français Vente-privée.com, qualifiée de leader mondial du déstockage par Le Figaro. Ce n’est donc pas totalement surprenant si ce dernier a annoncé jeudi le rachat de 51% des parts de sa réplique helvétique – le montant de la transaction n’a pas été révélé –, devenant ainsi son actionnaire majoritaire.

Lire aussi: Google décrit la Suisse comme un eldorado du commerce en ligne

Conséquence directe: le groupe genevois Maus Frères (magasins Manor et les marques de vêtement Aigle, Lacoste et Gant, notamment), a dû se séparer d’une fraction significative de son capital dans Eboutic, dont il était propriétaire à hauteur de 70% depuis 2011. Les deux chevilles ouvrières du spécialiste lausannois du commerce en ligne, Laure de Gennes et Arthur Dauchez, conservent également une participation minoritaire (équivalente ou inférieure à 30%) tout en continuant à diriger de manière autonome leur société.

Volonté de synergies

Cette redistribution des cartes, qui se traduit toutefois par un degré supplémentaire de perte de contrôle des fondateurs d’Eboutic, doit permettre à Vente-privée de s’implanter en Suisse, un «nouveau marché cible», indique le spécialiste français de la vente de produits de marques à prix cassés. Le déploiement européen de ce dernier, suite à l’échec de son déploiement outre-Atlantique, a été amorcé l’an dernier. Déjà présente dans huit pays de l’Union européenne, le spécialiste de la vente événementielle, qui emploie 2800 salariés, a dégagé en 2015 plus de deux milliards de francs de chiffre d’affaires. La multinationale a également annoncé jeudi la reprise intégrale de Privalia, un acteur majeur du secteur en Espagne et en Italie.

L’arrivée remarquée d’un nouvel actionnaire dans eboutic.ch, doit «permettre de passer à une vitesse supérieure en termes de développement», précise le communiqué conjoint des dorénavant trois partenaires d’affaires. Dans un marché en ligne ou de distribution physique toujours plus concurrentiel, environnement occupé notamment par des acteurs locaux comme Qoqa.ch ou Deindeal.ch, les efforts pour maintenir son référencement sur Google doivent sans cesse être revus à la hausse.

Forte croissance

Eboutic emploie à ce jour une cinquantaine de collaborateurs à Lausanne et à Monthey (VD). La société, qui visait les 35 millions de francs de vente en 2011, génère officiellement «plusieurs dizaines de millions de francs de chiffre d’affaires par an». Les deux années suivant son lancement, sa croissance était de l’ordre de 400%, avec une perspective de progression à trois chiffres l’exercice suivant.

Publicité