Même si les produits structurés ne font plus les gros titres, les investisseurs restent très attachés à ces instruments qui combinent des titres classiques et des produits dérivés. Le chiffre d’affaires de ces produits s’est accru de 20% l’an dernier en Suisse, à 331 milliards de francs.