C’était l’enthousiasme général dans les bureaux du centre-ville des SIG mardi. Leur directeur, Christian Brunier, le conseiller d’Etat Antonio Hodgers et Nathalie Andenmatten-Berthoud, responsable du Service géologique national, ont attiré une foule de journalistes pour leur présenter le potentiel géothermique «exceptionnel» du canton. Ce sont les résultats d’une étude sismique visant à cartographier, en trois dimensions et jusqu’à 5000 mètres de profondeur, un sous-sol méconnu.