Environnement

La gestion passive, bientôt numéro un de l’investissement durable

Avec la croissance rapide de l’investissement durable, la question du choix entre gestion active et gestion passive devient de plus en plus pressante

Les flux sur les ETF respectant les critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) ont progressé de 45% en 2018, et de déjà 50% entre janvier et juin 2019. Pour certains investisseurs, les gérants actifs restent les mieux placés pour mettre en œuvre des stratégies d’investissement durables parce qu’ils peuvent prendre des décisions bien pesées et en toute connaissance de cause avant d’acheter ou de vendre des entreprises, sur la base des comportements de ces dernières.

Pour d’autres investisseurs, les gestions passives obtiennent des résultats similaires, voire meilleurs, grâce à une approche fondée sur des règles, pour un coût inférieur.