Gagner de l’argent grâce à des GIF animés. C’est l’ambitieux pari de Giphy. La start-up basée à New York n’est pas la seule à y croire. Mardi 16 février, elle a ainsi levé 55 millions de dollars auprès d’investisseurs. Sans générer le moindre chiffre d’affaires, la voilà désormais valorisée à 300 millions de dollars, contre à peine 80 millions il y a tout juste un an.

Giphy surfe sur le phénomène des GIF, ces clips muets de quelques secondes qui fleurissent sur Internet. La plupart du temps, ils mettent en scène des célébrités ou reprennent des extraits d’un film, d’une série ou d’un programme télévisé. «Ils permettent d’exprimer certaines émotions beaucoup plus facilement qu’avec des mots», explique Adam Leibsohn, le directeur opérationnel de la jeune entreprise américaine.

Des images populaires sur les réseaux sociaux

Créés en 1987, avant même la publication de la première page Web, ces animations ont été remises au goût du jour à partir de 2012 par la plate-forme de blogs Tumblr. Ils ont depuis gagné en popularité, notamment sur les réseaux sociaux et les applications de messagerie mobile. «En trois ans, le nombre de recherches en ligne contenant les termes GIF ou Giphy a progressé de 1227%», souligne John Fetto, analyste chez Hitwise.

Giphy a été fondé en 2012. Au départ, la société ne propose qu’une gigantesque base de données, recensant des dizaines de milliers de GIF classés par catégorie ou par mot-clé. Celle-ci est désormais intégrée à Messenger, le service de messagerie instantané de Facebook. Elle le sera bientôt à Twitter et à Outlook, la plate-forme de courriers électroniques de Microsoft.

Les internautes peuvent créer leur GIF

Pour enrichir son catalogue, Giphy permet à ses utilisateurs de facilement créer leur GIF. Ils peuvent par exemple importer une vidéo depuis YouTube, sélectionner le passage à conserver puis ajouter une légende. Depuis l’an passé, ils peuvent également télécharger l’application mobile Giphy Cam, afin de concevoir des animations grâce à la caméra de leur smartphone.

Notre objectif, c’est qu’un GIF soit disponible quelques minutes après que quelque chose vient de se passer.

A l’instar de Twitter, la société ambitionne de devenir une plate-forme en temps réel. «Notre objectif, c’est qu’un GIF soit disponible quelques minutes après que quelque chose vient de se passer», indique Adam Leibsohn. Giphy veut notamment encourager les «live-GIF», comme celui qu’elle a réalisé la semaine dernière lors des Grammy Awards, les récompenses annuelles de l’industrie américaine du disque.

Monétisation de l'audience

Avec sa dernière levée de fonds, l’entreprise new-yorkaise entend poursuivre son développement. «Nous ne sommes qu’au début de ce que nous voulons faire, assure son directeur opérationnel. La priorité reste la croissance». Cela n’empêche pas Giphy de déjà penser à la prochaine étape: la monétisation de son audience, qui aurait grimpé de 500% en un an.

Les GIF vont être de plus en plus utilisés par les annonceurs.

Cela passera par la publicité. La jeune pousse espère profiter l’intérêt grandissant porté par les annonceurs. Les GIF leur offrent en effet l’opportunité de toucher les plus jeunes, adeptes des applications de messagerie. D’autant plus que «la publicité directe est interdite sur ces applications», note John Fetto. «Les GIF vont être de plus en plus utilisés par les annonceurs», prédit-il.

Mettre en scène une marque ou un produit

Ces petits clips pourront ainsi permettre de mettre en scène une marque ou un produit. Ils peuvent aussi créer un événement autour de la sortie d’un film ou d’une rencontre sportive. «Notre modèle économique sera similaire à celui des moteurs de recherche traditionnels», explique Adam Leibsohn. Concrètement, cela signifie que des GIF sponsorisés seront affichés en haut des résultats de recherche. Ils auront ainsi plus de chances d’être partagés.

Autre piste: des filtres sponsorisés sur Giphy Cam, comme le fait déjà Snapchat, l’application qui permet d’envoyer des photos et des vidéos qui disparaissent au bout de quelques secondes. Plusieurs tests ont déjà été menés, à l’occasion de la sortie en salle du dernier Star Wars ou du retour de la série X-Files. «Cela ouvre la voie à une nouvelle forme de marketing, généré par les utilisateurs», anticipe Adam Leibsohn. Enfin, les «live-GIF» pourraient aussi être sponsorisés. Un potentiel publicitaire qui reste cependant à confirmer.