Givaudan, numéro un mondial des parfums et arômes, se renforce de nouveau en Asie en posant la première pierre d’un nouveau site de production en Chine, un de ses marchés à fort potentiel de croissance, a annoncé le groupe ce vendredi. Ce dernier va consacrer au total 100 millions de francs à une plateforme de production, soit son plus gros investissement dans le pays jusqu’à présent.

Lire également:  Givaudan a amélioré ses ventes ces neuf derniers mois

Basée à Changzhou, à 185 kilomètres au nord-ouest de Shanghai, cette nouvelle plateforme de production de très grande taille permettra de produire notamment des fragrances pour les parfums ainsi que les arômes pour les produits d’hygiène bucco-dentaire. Elle doit être opérationnelle d’ici 2020.

«Avec cet investissement sur ce marché à forte croissance, nous faisons un pas de plus vers la réalisation de nos ambitions stratégiques à l’horizon 2020», a déclaré Gilles Andrier, son directeur général, cité dans le communiqué.

Un axe de croissance

L’Asie est un des axes de croissance du groupe suisse, qui conçoit aussi bien des fragrances pour les grands noms de la parfumerie tels que Christian Dior ou Prada que des senteurs pour les lessives et les produits d’hygiène.

En 2015, le groupe, qui n’avait pas entièrement échappé au ralentissement économique dans la région, avait dû se résoudre à revoir légèrement à la baisse ses objectifs pour la période allant jusqu’en 2020, visant entre autres une progression de ses ventes de l’ordre de 4 à 5% par an (contre à 4,5 à 5,5% pour les cinq années précédentes).

Mais il avait dit continuer à miser sur la hausse du pouvoir d’achat dans des pays comme la Chine ou l’Inde pour assurer sa croissance.

Pour se renforcer dans la région, Givaudan avait ouvert il y a deux ans une école de parfumerie à Singapour, la première hors de France après son école historique de parfumerie située à Argenteuil, en région parisienne. Il a également lancé cette année des travaux pour un nouveau centre à Singapour pour l’encapsulation des parfums, qui doit entrer en service en 2018.