Givaudan a complétement digéré l’acquisition de Quest et retrouve son fort niveau de rentabilité antérieur. Le groupe genevoisa amélioré sa performance en 2010. Le chiffre d’affaires a progressé de 7,1% à 4,24 milliards de francs, soit une hausse de 8,9% en monnaies locales .La division parfums a vu ses ventes augmenter de 9,0% à 1,988 milliards (+10,5%) et la division arômes de 5,4% à 2,25 milliards (+7,5%).

La marge brute a augmenté à 46,1 % grâce à une progression des volumes, une gamme de produits bien équilibrée et des coûts relativement stables, comme l’indique mardi le numéro un mondial des arômes et parfums.

L’EBITDA corrigé s’est accru de 17% à 963 millions de francs, la marge correspondante grimpant à 22,7%(contre 20,7% l’an dernier), soit dans l’objectif que s’est fixé le groupe.

Au final, Givaudan boucle l’exercice avec un bénéfice global en hausse de 71% à 340 millions, soit 8% du chiffre d’affaires. Le bénéfice par action s’est amélioré et s’inscrit à 37,87 francs.

Consensus atteint

Avec ces chiffres, Givaudan a plus ou moins répondu aux attentes du marché. Les analystes du consensus de l’agence de presse AWP avaient prévu un chiffre d’affaires de 4,2 milliards de francs, un EBITDA de 966 millions et un bénéfice net de 338 millions.

Au vu des résultats, le conseil d’administration propose un dividende en hausse à 21,50 francs par action (contre 20,60 l’an dernier). Le montant total de cette distribution sera prélevé sur les réserves en capital libéré additionnel apparaissant au bilan de Givaudan à la clôture de l’exercice 2010, précise la société.

Hausse des matières premières en vue

En 2011, Givaudan s’attend à une forte augmentation des prix des matières premières, compte tenu de la tendance à la hausse qui s’est dessinée fin 2010. Le fabricant de parfums et d’arômes prévoit de procéder à des ajustements de prix au cours des prochains mois.

Givaudan confirme en outre ses objectifs à long terme. Le groupe vise toujours une croissance organique de 4,5 à 5,5% par an sur la base d’une croissance du marché qui devrait varier entre 2 et 3%. Le groupe entend acquérir de nouvelles parts de marché au cours des cinq prochaines années. Il s’appuiera pour cela sur trois piliers: les marchés en développement, le secteur santé et bien-être, et des segments de marché développés auprès de clients ciblés.

Côté rentabilité, son objectif est de dégager la marge EBITDA la plus élevée du secteur, tout en augmentant son flux de trésorerie annuel disponible dans une fourchette de 14% à 16% du chiffre d’affaires d’ici à 2015.

Givaudan réitère son intention de reverser aux actionnaires plus de 60% du flux de trésorerie disponible une fois que le ratio d’endettement visé de 25% aura été atteint.