Parfums

Givaudan va supprimer 50 emplois sur le site genevois de Vernier

Une partie de la production sera déplacée en Chine afin de réduire les coûts de fabrication d’ingrédients de base de parfumerie

«Cela fait déjà longtemps que les départs ne sont plus remplacés, mais cette annonce est un coup dur pour le site de Vernier. Nous allons discuter avec la direction et ensuite définir un plan d’action.» Xavier Henauer, membre de la délégation syndicale de Givaudan, est prêt à engager le bras de fer s’il le faut avec le groupe chimique genevois qui envisage de supprimer 50 postes de production sur le site de Vernier qui en compte 850, dont 600 liés à la fabrication.

Givaudan n’a pas publié cette information, par exemple en avril lors de la présentation des résultats du premier trimestre. Elle a été insérée mercredi dans un communiqué du syndicat Unia qui fait le point sur la conclusion du renouvellement de la convention collective de travail (CCT). Les discussions, qui ont duré quatre mois, ont abouti grâce à la médiation de la Chambre genevoise des relations collectives de travail.

CCT contestée

«La direction attaquait en particulier l’un des piliers de cette CCT, soit une prime de travail en équipes qui peut atteindre 400 francs par mois, constate Xavier Henauer. Au cours des discussions, la direction a annoncé qu’elle avait l’intention de supprimer 50 emplois d’ici à fin 2015.» Le projet consiste à délocaliser en Chine et vers d’autres usines du groupe huit ingrédients de parfumerie, soit environ 15% de l’activité de production chimique de Vernier.

Le maintien des avantages de la CCT n’a pas amélioré la compétitivité du site de Vernier, mais Xavier Henauer ne regrette pas le combat mené, notamment pour une augmentation salariale de 1,5% en 2014. «De toute manière, on ne peut pas rivaliser avec des usines en Chine ou au Mexique», constate le délégué syndical. La fabrication délocalisée concerne des produits qui ne sont plus protégés par des brevets. Ils sont ainsi devenus non rentables s’ils sont élaborés en Suisse. La décision de transfert est en lien avec un accord de coopération étroite avec le groupe chimique chinois Zhejiang Xinhua, annoncé le 10 mars dernier.

L’avenir est en Asie

Givaudan construit en outre en ce moment à Singapour ce qui deviendra sa plus grande usine en Asie parmi la trentaine de sites de production dans le monde. Le groupe, 490 millions de francs de bénéfice net en 2013, s’adapte à la forte croissance des marchés émergents qui représenteront, dans moins de deux ans, plus de la moitié de son chiffre d’affaires. Au premier trimestre, l’entreprise a enregistré une progression de 9,8% dans les marchés émergents, contre 2,4% en Europe et aux Etats-Unis, pour des ventes de 1,09 milliard de francs (+ 0,2%, avec un impact de change négatif de 5,9% notamment dû à la force du franc).

Givaudan a confirmé mercredi soir son projet de suppression d’emplois sur la base des départs naturels, soit sans licenciement, tout en réitérant sa confiance dans le site de Vernier. «Ces transferts font partie d’une vision stratégique quand le seuil de rentabilité est atteint, souligne le porte-parole du groupe. Il y a la volonté de maintenir à Vernier des produits à haute valeur ajoutée et de synthèse chimique complexe

Publicité