Glencore, le géant suisse du négoce des matières premières, a indiqué jeudi vouloir réduire son endettement plus fortement qu’initialement prévu pour faire face à la chute des cours des métaux.

Le groupe entend désormais ramener sa dette aux alentours de 18-19 milliards de dollars d’ici fin 2016 alors qu’il avait annoncé début septembre viser 20 milliards de dollars.

Pour y parvenir, Glencore prévoit notamment de réduire ses dépenses d’investissement, à 5,7 milliards de dollars en 2015 et 3,8 milliards de dollars en 2016, contre 6 milliards et 5 milliards anticipés auparavant.

D’autres actions encore possibles

Au total, les mesures prises pour abaisser son endettement devraient représenter 13 milliards de dollars, contre 10,2 milliards de dollars initialement prévu. Le groupe a d’ores et déjà assuré 8,7 milliards de dollars d’économies à travers par exemple la mise en vente de mines de cuivre.

Glencore est bien positionné pour continuer à générer des liquidités dans l’environnement actuel, ainsi qu’à des cours moins élevés, a commenté Ivan Glasenberg, directeur général, cité dans le communiqué.

Nous gardons un haut niveau de flexibilité et continuerons, au besoin, à envisager d’autres actions, a-t-il ajouté.

Rebond de l’action

Le secteur minier a été durement touché par le recul des cours des matières premières, qui ont fortement baissé notamment face au ralentissement de l’économie chinoise, et plusieurs groupes ont pris des mesures pour réduire leur voilure.

Glencore n’a pas été épargné et depuis le début de l’année son cours a baissé de 72% à la Bourse de Londres. Jeudi, il reprenait 7%.