Gestion de fortune

Glossaire

Quelques concepts de gestion et leurs définitions

Actifs sous gestion: Les encours gérés par une société de gestion. Ils représentent le total des actifs qui sont gérés par les gérants d’OPCVM et donnent donc une quantification de l’ensemble de l’offre produits d’un asset manager.

Alternatif : hedge funds, matière première, capital investissement (private equity).

Courtage: Synonyme de commission.

Emetteur : dans le cas d’un produit structuré, un émetteur est une entité qui émet et distribue des produits de placement. Un émetteur peut être une banque ou une société spécialement créée à cet effet. Dans le cas d’une obligation, un émetteur est une entité (gouvernement, entreprise, agence gouvernementale ou autre) qui émet des obligations et emprunte ainsi les montants nécessaires à son financement. 

Exchange Traded Funds (ETF): Les ETF sont des fonds indiciels qui se négocient en bourse.

Fonds indiciel: Ce type de fonds réplique la composition d’un indice en essayant de suivre aussi fidèlement que possible l’évolution du sous-jacent. Les ETF en sont une catégorie particulière.

Gestion alternative ou «hedge» applique une stratégie très ciblée avec un objectif de performance absolue (Absolute Return).

Gestion active : Elle consiste pour le gérant à choisir de façon discrétionnaire dans un large éventail de valeurs correspondant au profil du fonds.

Gestion passive ou indicielle : Elle consiste à répliquer exactement la composition d’un indice de référence.

High Yield : qualificatif donné par les agences de notation aux entreprises ayant une notation inférieure ou égale à BB+ selon l’échelle de classification Standard & Poor’s. Ce qualificatif concerne des émetteurs ayant une probabilité de défaut plus élevée selon les agences de notation.

Indice de référence: Indice servant de repère pour comparer les performances de portefeuilles, notamment pour les fonds de placement, comme le SMI pour le marché suisse.

Liquidité: Probabilité de pouvoir trouver facilement un acheteur ou un vendeur au moment choisi.

Ratio  Prix/Bénéfices (multiple des bénéfices) : le ratio [Prix de l’action / Bénéfice par action] traduit la cherté du cours de bourse d’une action par rapport aux bénéfices attendus. Ainsi, plus ce ratio est élevé, plus l’action est dite chère, et inversement. A noter: le ratio P/E dépend également de la croissance des bénéfices ; les entreprises affichant des croissances de bénéfices élevés ont tendance à afficher un P/E plus élevé. 

Réplication: Processus de reproduction de l’évolution d’un indice ou d’un panier de valeurs. La réplication est physique lorsqu’un fonds indiciel acquiert les titres qui composent l’indice. Elle peut être intégrale ou optimisée lorsque la sélection se limite à des valeurs représentatives. Pour les ETF, la réplication peut être synthétique lorsqu’elle repose sur un swap, qui consiste à échanger le rendement de l’indice dont on veut reproduire l’évolution contre celui d’un portefeuille dans lequel la fortune du fonds est investie.

Risque de crédit: Il s’agit du risque qu’un emprunteur ne puisse pas rembourser sa dette à échéance. Afin de piloter ce type de risques, les sociétés de gestion analysent les notations des émetteurs et définissent régulièrement une liste des contreparties avec lesquelles ils s’autorisent à travailler.

Risque de liquidité: Il s’agit du risque de ne pas pouvoir se refinancer, soit par manque d’acheteurs pour un titre donné en position vendeuse, soit par manque de cash disponible sur le marché monétaire.

Risque de marché: Il s’agit du risque de perte pouvant résulter d’une évolution négative du prix des titres ou instruments financiers composant l’actif d’un portefeuille. Le risque de marché est quantifié par la mesure de la volatilité, matérialisant l’importance des fluctuations possibles d’un prix. Les deux principaux indicateurs mesurant le risque de marché sont la VaR (Value at Risk) et la TE (Tracking Error).

Volatilité: Ampleur des fluctuations d'une valeur ou d'un marché. Plus ces fluctuations sont marquées, plus la valeur / le marché est considéré comme risqué. Les fonds en obligations suisses ont une volatilité moyenne de 3 % alors que la volatilité des fonds en actions suisse est de l'ordre de 12%. La volatilité est habituellement calculée en mesurant l'écart type des performances mensuelles (ou hebdomadaires) pendant une période donnée. 

Sources: ALFI, IAM, Société Générale, Le Temps

Publicité