Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Ce casque de réalité virtuelle coûtera 599 dollars aux États-Unis et 699 euros en Europe.
© Christian Petersen

Technologies

GM à l'assaut, Yahoo! sur la défensive: une semaine dans la Silicon Valley

Chaque vendredi, Le Temps fait le point sur l’actualité de la semaine écoulée dans la Silicon Valley. Au sommaire de cette édition: de possibles licenciements chez Yahoo!, le prix de l’Oculus Rift, le rapprochement entre Lyft et General Motors et l’arrivée de l’intelligence artificielle dans les applications de messagerie

De nouveaux licenciements chez Yahoo!?

Toujours incapable de renouer avec la croissance, Yahoo! serait sur le point de licencier au moins 10% de ses effectifs, rapporte le site Business Insider. Si le nombre d’employés a reculé de plus de 20% depuis l’arrivée de Marissa Mayer en 2012, le portail Internet compte encore plus de 10 000 salariés. Ces rumeurs de plan social interviennent alors que la pression s’accentue sur la directrice générale de Yahoo. Des investisseurs de la société réclament publiquement sa démission, notamment en raison de l’échec de la vente de la participation détenue dans Alibaba, le géant chinois du e-commerce.

599 dollars pour l’Oculus Rift

Attendu depuis de longs mois, l’Oculus Rift sera commercialisé à partir de la fin du mois de mars dans 20 pays – mais pas en Suisse. Ce casque de réalité virtuelle est d’abord destiné aux adeptes de jeux vidéo. Mais la facture sera salée: 599 dollars aux États-Unis et 699 euros en Europe. Ajoutez à cela, l’obligation de posséder un ordinateur assez puissant. Oculus assure vendre son appareil à prix coûtant et justifie ce prix élevé par les composants utilisés. Le Rift doit permettre à Facebook, qui a racheté la start-up l’an dernier, de prendre pied dans la réalité virtuelle.

Année record pour l’AppStore

Avec 20 milliards de dollars dépensés sur l’AppStore, 2015 a été une année record pour la boutique d’applications d’Apple. La période des fêtes a également été faste: 1,1 milliard de dollars en deux semaines, dont 144 millions pour la seule journée du 1er janvier. La société de Cupertino indique avoir reversé plus de 40 milliards de dollars aux développeurs depuis le lancement de son magasin en juillet 2008. En deux ans, les recettes de l’AppStore ont doublé. Deux explications: la progression des ventes d’iPhone et la croissance de la dépense moyenne par utilisateur. Cette dernière est portée par les achats dans les applications, en particulier dans les jeux.

General Motors investit dans Lyft

Rival d’Uber, Lyft vient de trouver un nouvel allié de poids: General Motors. Le premier constructeur automobile américain vient d’investir 500 millions de dollars dans la société de voitures avec chauffeur. Cet investissement s’accompagne de plusieurs partenariats. Les chauffeurs de Lyft pourront louer, à des tarifs préférentiels, des véhicules des marques GM à la semaine ou au mois. Les deux entreprises vont également collaborer pour le déploiement des voitures sans chauffeur. A terme, elles souhaitent ainsi lancer un réseau de «taxi robots» qui pourrait révolutionner la mobilité en zone urbaine. Uber et Google travaillent aussi sur de tels projets.

Assist lance la mode des concierges numériques

Réserver un restaurant, commander un taxi, acheter un billet d’avion ou encore envoyer des fleurs depuis une application de messagerie: c’est ce que propose la start-up Assist. Lancée aux États-Unis, ce service repose entièrement sur des algorithmes informatiques. Aucune action n’est effectuée par un humain. Les possibilités restent encore limitées mais les progrès réalisés par l’intelligence artificielle ouvrent de nombreux horizons. Facebook travaille ainsi sur un projet beaucoup plus ambitieux, baptisée M, capable de répondre à toutes les demandes de ses utilisateurs. Selon le «Wall Street Journal», Google développerait aussi un service similaire. Quant à Apple, il multiplie les acquisitions dans le domaine de l’intelligence artificielle.

Lire aussi: Demain votre smartphone sera votre assistant personnel

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)