Le retour en Bourse du constructeur automobile américain General Motors, moins d’un an et demi après sa sortie de faillite, était accueilli chaleureusement jeudi à New York. D’entrée, le titre s’envolait de 7,09% à 35.34 dollars, dans un marché en nette hausse. Il a ouvert à 35.00 dollars

Quelques minutes se sont écoulées avant l’ouverture des échanges sur le titre, devant une foule impatiente regroupée sur les parquets du New York Stock Exchange. Les dirigeants de GM, tout sourire, ont sonné la cloche d’ouverture pour leur retour en fanfare.

«L’offre totale sera de 20,1 milliards de dollars ou de 23,1 milliards de dollars si les options de surallocation», c’est-à-dire les émissions éventuelles d’actions supplémentaires en cas de forte demande, sont pleinement exercées, affirmait un communiqué publié mercredi soir par le groupe.

GM va donc battre le record de Visa, qui avait levé 19,7 milliards de dollars en 2008, ce qui en faisait jusqu’alors la plus grosse introduction boursière jamais connue aux Etats-Unis. Si elle prend sa forme maximale, l’introduction boursière de GM pourrait même battre le record mondial de la banque chinoise AgBank qui a levé 22,1 milliards de dollars au mois d’août.

L’offre de jeudi comprend 478 millions d’actions ordinaires, pour un total de 15,77 milliards de dollars, et 87 millions d’actions préférentielles, pour un montant de 4,35 milliards de dollars (50 dollars l’action préférentielle).

Les teneurs de marché en charge de l’introduction boursière disposent de 30 jours pour acheter jusqu’à 71,7 millions d’actions ordinaires supplémentaires, pour un total de 2,37 milliards de dollars, et 13 millions d’actions préférentielles, pour un total de 650 millions de dollars, afin de faire face à une forte demande.

La date du 1er décembre 2013 a été fixée comme date limite pour la conversion des actions préférentielles en actions ordinaires, si elles n’ont pas été converties précédemment. Ces titres bénéficieront d’un taux de rémunération de 4,75%.

GM, qui fut un membre éminent de l’indice Dow Jones Industrial Average (DJIA) entre 1925 et juin 2009, au moment de son dépôt de bilan, est revenue à la cotation jeudi au New York Stock Exchange sous le symbole GM et à la Bourse de Toronto sous le symbole GMM.

«Alors que nous nous préparons à entrer sur les marchés d’actions, tout le monde chez GM est très heureux de cette étape historique, a commenté Chris Liddell, directeur financier du groupe, dans un communiqué. Nous sommes particulièrement reconnaissants à ceux qui sont restés à nos côtés aux heures les plus difficiles.»

«Il semble que GM va devenir la plus grosse introduction en bourse aux Etats-Unis, il y a beaucoup d’enthousiasme de la part des investisseurs parce qu’ils anticipent un joli rebond de l’économie», a commenté Peter Cardillo, d’Avalon Partners. Le succès attendu de l’opération symbolise la spectaculaire renaissance de General Motors, ex-fleuron industriel américain tombé à genoux l’an dernier, après avoir accumulé 86 milliards de dollars de pertes entre 2005 et 2008.

La vente des actions GM cédées par l’Etat américain à l’occasion du retour en bourse de ce constructeur automobile va rapporter au minimum 11,7 milliards de dollars nets au Trésor. Le groupe avait été sauvé de la faillite en 2009 par l’intervention des gouvernements américains et canadiens. L’Etat américain avait alors déboursé 49,5 milliards de dollars.