Réalité virtuelle, robots conversationnels, application de messagerie, assistant domestique… Google n’entend pas rester en retrait face à Facebook, à Amazon ou encore à Microsoft. Mercredi 18 mai, le moteur de recherche a dévoilé sa feuille de route en ouverture d’IO, sa grande conférence annuelle pour les développeurs.

«C’est un moment charnière», a expliqué Sundar Pichai, le directeur général du moteur de recherche, désormais filiale de la holding Alphabet. «Nous travaillons dur pour conserver un temps d’avance sur nos utilisateurs», a-t-il poursuivi.

Un assistant pour la maison

La société de Mountain View a d’abord dévoilé Google Home, un assistant domestique qui sera lancé «plus tard cette année». L’appareil est la réponse à Amazon Echo, dont les ventes commencent à décoller aux Etats-Unis. Il prend la forme d’une petite tour contrôlée par la voix. Dans ce domaine, Google assure être «très en avance sur tous les autres assistants». Home permet d’interagir avec sa maison. Par exemple, pour écouter de la musique, allumer les lumières ou encore lancer une vidéo à la télévision. L’assistant permet aussi de consulter son agenda, d’envoyer des messages et bien sûr d’effectuer des recherches en ligne.

Deuxième annonce: Allo, une nouvelle application de messagerie mobile.
«Un domaine dans lequel Google a toujours rencontré des difficultés», note Jan Dawson, analyste chez JackDaw Research. Le marché est largement dominé par Facebook, avec Messenger et WhatsApp. Pour rivaliser, Allo suggère des réponses en fonction du message reçu. L’application offre aussi un mode «incognito» où les conversations sont chiffrées, puis effacées. Comme Messenger et Skype, elle intégrera des chatbots, des robots avec lesquels l’utilisateur pourra discuter au sujet de tâches comme réserver une table, acheter des places de cinéma…

Une plateforme pour la réalité virtuelle

Google veut également devenir un acteur majeur dans la réalité virtuelle. Jusqu’à présent, le géant du Web s’était contenté de Cardboard, un casque en carton que l’utilisateur assemble lui-même et dans lequel il insère son smartphone. Contrairement aux dernières rumeurs, Google n’a pas présenté son propre casque, devant rivaliser avec l’Oculus Rift de Facebook ou le HTC Vive. A la place, la société veut aider ses partenaires à concevoir des casques. Elle mettra à leur disposition Daydream, une plateforme d’exploitation et de distribution de contenus (applications, jeux, films).

Lire aussi: Avec le nouveau casque de Samsung, la réalité virtuelle effectue un pas de géant

Vedette des précédentes éditions, Android est resté en retrait cette année. Google a simplement présenté quelques améliorations de son système d’exploitation pour smartphone et tablette. Et demandé l’aide des internautes pour choisir le nom de la prochaine version qui sera lancée à l’automne.

Lire également: La Silicon Valley mise sur la réalité virtuelle