Technologie

Google va livrer des burritos par drone aux Etats-Unis

Alphabet, la maison mère de Google, a annoncé la mise en œuvre de tests sur le campus de l’Université de Virginia Tech, en partenariat avec la chaîne de restauration rapide Chipotle Mexican Grill

Qui dit livraison par drone pense immédiatement à Amazon, tant le numéro un mondial du e-commerce avait fait d’annonces à ce sujet. Pourtant, Google, via sa maison mère Alphabet, avance aussi rapidement. Dans la nuit de jeudi à vendredi, le groupe a annoncé le début de tests de livraison de nourriture sur le campus de l’Université Virigina tech. Amazon, de son côté, effectue actuellement des tests en Grande-Bretagne.

A lire aussi: La livraison par drones entre dans une nouvelle phase

Dans le cadre de son «Projet Wing», Alphabet avait déjà fait voler des drones en Australie, pour des livraisons de petits objets, tels des bouteilles ou de la nourriture pour chien, à des fermiers. En Virginie, il s’agira de burritos. La société a ainsi noué un accord avec la chaîne Chipotle Mexican Grill. Alphabet a d’ores et déjà reçu le feu vert des autorités de l’aviation civile pour mener ces tests, qui s’étaleront sur plusieurs jours.

Des équipements de protection

Les drones calculeront eux-mêmes leur itinéraire entre le stand de nourriture et l’étudiant qui aura passé sa commande, mais un opérateur sera à tout moment capable de reprendre le contrôle de l’engin volant. Et comme la loi ne permet pas encore à des drones de voler à basse altitude au-dessus d’humains, les participants à ces tests seront équipés de protection pour éviter tout accident. Des employés de l’université et des étudiants seront sélectionnés pour ces essais.

Dans de futurs tests, nous pourrions ajouter un plus large éventail d’objets, comme des boissons, ce qui nous poussera à gérer un poids plus élevé

Google avance vite sur le marché des drones et il bénéficie du soutien des autorités. Début août, la Federal Aviation Administration (FAA) avait signé un accord permettant à la multinationale de disposer de l'un des six sites servant à tester les drones, pour y faire évoluer les prototypes de son projet Wing. A noter que ce projet est lié aux «paris sur l’avenir» lancé par le laboratoire X, qui travaille également sur les voitures sans conducteur et les montgolfières utilisées pour diffuser Internet (projet Loon).

Des défis opérationnels

Astro Teller, qui dirige le laboratoire X, a indiqué dans un blog que le choix de livrer de la nourriture a été fait parce qu’il présente des défis opérationnels, comme la nécessité de gérer des pics de demandes à certaines heures ou de livrer aux clients des plats encore chauds et en bon état. «Nous voulons apprendre comment les gens réagissent quand ils reçoivent un paquet par la voie des airs», a-t-il expliqué.

L’appareil peut transporter des objets pesant jusqu’à quatre kilos, sur une distance de 20 kilomètres, et à une vitesse de 30 km/h

«Dans de futurs tests, nous pourrions ajouter un plus large éventail d’objets, comme des boissons, ce qui nous poussera à gérer un poids plus élevé, à bien équilibrer les paquets, et à gérer la combinaison d’objets livrés en un seul vol», a indiqué Astro Teller.

Des tests dans les champs

En face, Amazon effectue actuellement des tests en Grande-Bretagne. Des prototypes, affirmait cette semaine le Daily Mail, ont été vus en train de voler au-dessus de champs dans le Cambridgeshire. Evoluant à une altitude d’environ 15 mètres au-dessus du sol, les drones transportaient des charges d’un point à un autre. En juillet, un responsable d’Amazon précisait que la société était en train de créer des drones pesant 25 kilos et capables de porter de charges allant jusqu’à deux kilos à une vitesse maximum de 80 km/h.

A lire aussi: Des drones traquent les fraudeurs fiscaux

En France, La Poste progresse aussi sur ce terrain. Lors du récent Paris Drone Festival, La Poste a effectué une démonstration de son hélicoptère doté de six rotors. L’appareil peut transporter des objets pesant jusqu’à quatre kilos, sur une distance de 20 kilomètres, et à une vitesse de 30 km/h. Aucune date de mise en service n’a pour l’heure été communiquée. Google et Amazon n’avancent pas non plus de date.

 

Publicité