Technologie

GoPro mise sur les drones pour rebondir

Le spécialiste des caméras d'action a dévoilé un drone à 949 francs. En face, la concurrence, notamment chinoise, est intense

Nick Woodman a payé de sa personne. En début de semaine, le directeur de GoPro a multiplié les grimaces, les acrobaties et les paroles dithyrambiques pour présenter le premier drone de sa société, baptisé Karma. Le milliardaire se savait attendu. Le spécialiste des caméras d’action, en difficulté financières depuis plusieurs trimestres, devait initialement lancer son drone en début d’année. Karma sera disponible dès le 23 octobre en Suisse et va immédiatement affronter le numéro un du marché des drones, le chinois DJI. Mais Nick Woodman y croit, affirmant que GoPro, dont il est le fondateur, est «l’une des marques les plus fortes au monde».

Le premier quadricoptère de GoPro sera vendu 799 dollars sans caméra, et 999 et 1099 dollars avec, selon la qualité du capteur vidéo choisi. Pour la Suisse, le premier prix semble être de 949,90 francs, selon le site web de la société. L’appareil sera capable de voler à une vitesse maximum de 15 mètres par seconde, soit 56 kilomètres/heure. Pesant pile un kilo, il aura, sans les hélices, une taille de 30 sur 41 centimètres et pourra voler jusqu’à un kilomètre de son pilote. Les premiers tests effectués par des sites spécialisés américains, dont «The Verge», sont positifs: l’appareil est jugé simple à piloter, le boîtier de commande offre un excellent écran. Mais l’autonomie du drone n’est que de 20 minutes. De plus, le Karma n’offre pas, à la différence de certains concurrents, de fonction de suivi en tout temps de son pilote, un service apprécié par les sportifs de l’extrême.

Lire aussi: Google va livrer des burritos par drone aux Etats-Unis

Dans le rouge

Ce qui n’empêche pas Nick Woodman d’être confiant. «C’est le produit le plus excitant que nous ayons conçu. Ce drone permet aux gens de prendre des vidéos de moments de leur vie de qualité professionnelle et de les partager», a-t-il affirmé. Le directeur de GoPro espère ainsi que sa société retrouvera les chiffres noirs en cette fin d’année. La société basée à San Mateo (Californie) a perdu 92 millions de dollars lors du dernier trimestre, son troisième trimestre de suite dans le rouge. Surtout, son chiffre d’affaires s’est effondré de moitié, pour s’établir à 221 millions de dollars, avec 759’000 caméras vendues en trois mois.

GoPro a souffert de plusieurs facteurs. La société n’a pas lancé de nouvelle caméra entre l’été 2015 et 2016, attendant cet automne pour présenter deux nouveaux modèles en parallèle au drone Karma. GoPro, qui a écoulé environ 10 millions de caméras au total, peine aussi à élargir sa clientèle en dehors des amateurs de sports extrêmes. En parallèle, la société fait face à la concurrence toujours plus aiguë des fabricants de smartphones, qui ne cessent d’améliorer l’optique de leurs appareils. Ces facteurs ont fait plonger l’action de GoPro de 20% depuis le début de l’année et de 60% depuis sa première cotation, en juillet 2014.

Analystes prudents

Pour l’heure, les analystes sont sceptiques. Merrill Lynch, enthousiasmé par le drone, prédit que l’action de GoPro vaudra 19 dollars d’ici un an – elle en vaut 14,2 aujourd’hui. Fondateur de la société de recherche sur le marché des drones Skylogic Research, Colin Snow, interrogé par Bloomberg, est plus prudent: «Est-ce que GoPro parviendra à s’emparer de parts de marché de sociétés bien établies, tels DJI? Cela dépendra beaucoup du niveau de sophistication de l’appareil et de ses performances lorsqu’il sera disponible. Presque aucun drone n’a été lancé sans souci au début». Selon des analystes de la société de recherche Futuresource Consulting, le marché de la vidéo par drone pesait 1,4 milliard de dollars en 2015 et devrait progresser à 3,2 milliards d’ici 2020.

Lire aussi: La livraison par drones entre dans une nouvelle phase

Avec son Karma, GoPro fera face au numéro un du marché, le chinois DJI, qui conçoit de tels appareils depuis bientôt dix ans. Le fabricant chinois doit lancer ce mois un drone capable de suivre automatiquement son pilote. De son côté, la société Yuneec vient de commercialiser un drone comparable au Karma pour 500 dollars.


Sur le même sujet:

Publicité