Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Andréas a lancé une start-up il y a deux ans et estime donc connaître leurs besoins: «Il y a tout ce qu’on aurait voulu».
© Gotham

Bureaux partagés

Gotham veut créer un réseau national de coworking

A l’initiative de quatre amis, le plus grand espace de coworking de Suisse sera inauguré le 28 septembre à Lausanne. L’ambition de Gotham est de bâtir un futur réseau national

Cabines de téléphone anglaises, tables de ping-pong et toboggan: Gotham veut créer un espace de travail «fun». Installé à 500 mètres de la gare de Lausanne, dans les anciennes halles de tri postal, l’espace de coworking Gotham sera inauguré le 28 septembre. Il est déjà fonctionnel et start-up, entreprises et salariés sont accueillis dans un local de 2300 m2; ce qui en fait selon ses créateurs le plus grand lieu de ce type en Suisse. Son nom, renvoyant à la métropole protégée par Batman, est un moyen pour Andreas Schollin-Borg de «garder son âme d’enfant». Cela va au-delà de la simple appellation: des routes et passages piétons sont imprimés sur la moquette pour permettre aux membres de se déplacer en trottinettes.

Les quatre créateurs ont investi un montant non communiqué pour que Gotham voie le jour. Les bureaux et open spaces sont loués sur dix jours ou au mois et les prix varient entre 250 et 1350 francs. Sur les deux cents places disponibles, une soixantaine est déjà occupée. Les huit start-up installées vont de Procsea, une plateforme de vente en ligne de produits de la mer, à IKO, une société de consulting pour les compagnies ferroviaires régionales.

Gagner en visibilité

Certaines d’entre elles étaient logées auparavant chez Regus, un autre espace de coworking présent à Lausanne. C’est le cas de l’Agence 961, spécialisée dans le webdesign, qui trouvait son ancien cadre «stérile et peu propice aux échanges». Nucléos, une agence de marketing numérique, et Insiders, une «application locale de livraison de tout partout», ont, elles aussi, parié sur Gotham. Les deux espèrent gagner en visibilité grâce aux différents événements organisés sur place comme des hackathons ou des conférences retransmises en direct sur YouTube.

«Gotham n’est que notre premier espace de coworking, souligne Andreas Schollin-Borg avant d’ajouter: Nous allons en ouvrir quatre autres en Suisse en 2018. Ce sera un réseau national avec un noyau lausannois.» La ville regorge d’espaces similaires, pourtant il ne les voit pas comme des concurrents. «Nous ne sommes pas spécialisés dans un domaine et nous misons sur la flexibilité», explique-t-il.

Divers partenariats créés

Gotham a noué des partenariats avec des sociétés telles que Nespresso ou Logitech, pour assurer son approvisionnement en café et en matériel informatique. Il accueillera prochainement la première conférence animée par Digital Switzerland (une initiative zurichoise à laquelle participe Ringier, copropriétaire du Temps). «Nous en organiserons une tous les mois. Nous sommes aussi en discussion pour qu’un grand groupe public et une société suisse de la fintech nous rejoignent dès septembre. On négocie également avec un géant mondial pour baptiser une salle à son nom et n’utiliser que ses gadgets», annonce-t-il. Mais il refuse de divulguer les noms.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)