Forum

La gouvernance du CHUV est un vestige du passé

OPINION. La conduite d’un établissement hospitalier nécessite l’intelligence conjointe d’experts en médecine, mais aussi de la finance et de la politique sanitaire. Or, le CHUV est un des derniers hôpitaux en Suisse sans conseil d’administration, pointe Jérôme Cosandey, directeur romand d’Avenir Suisse

Notre système de santé compte parmi les plus chers du monde, mais l’offre à disposition est aussi une des plus denses. 99,8% des habitants de la Suisse avaient en 2013 un hôpital de soins généraux à moins de trente minutes en voiture de chez eux. Trois quarts d’entre eux pouvaient se rendre dans le même laps de temps dans huit hôpitaux à choix au moins. En Suisse romande, seuls 70 km séparent les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) de celui du canton de Vaud (CHUV). L’hôpital universitaire bernois de l’Ile n’est, lui, qu’à 100 km de Lausanne.

Une concurrence accrue

Ces nombreux hôpitaux sont toutefois sous pression. Grâce au progrès de la médecine, des interventions autrefois lourdes et nécessitant une longue convalescence peuvent s’effectuer aujourd’hui de façon bien moins invasive. Les séjours à l’hôpital sont plus courts, ce qui est positif pour les patients, mais le nombre de lits nécessaires est moindre, créant ainsi des surcapacités dans les hôpitaux.