Mayence, où le premier vaccin contre le Covid-19 autorisé en Europe a été développé, profite de la manne fiscale générée par Pfizer/BioNTech. Grâce à ces recettes, la ville espère «pour la première fois en trois décennies […] se libérer de ses dettes», indique le Guardian ce lundi 27 décembre. Dans l’espoir d’attirer d’autres entreprises spécialisées dans la biotechnologie, la municipalité envisage également de réduire leurs taux d’imposition.