Les soubresauts des marchés ont permis à Julius Baer de réaliser un record. La banque zurichoise, spécialisée dans les services aux clients fortunés, a vu son bénéfice net bondir de 43% à 491 millions de francs, a-t-elle annoncé lundi matin. La raison? Une activité boursière frénétique de ses clients, alors que les places financières plongeaient en mars, puis rebondissaient dans les semaines qui ont suivi.

Les revenus opérationnels ont ainsi crû de 9% à 1,851 milliard, le trading des clients compensant notamment les revenus d’intérêt plus faibles. Les recettes des instruments financiers, par exemple, ont grimpé de 71% à 515 millions. La marge brute s’est améliorée, passant de 83 points de base au premier semestre 2019 à 92 ce dernier semestre. L’afflux de fonds est également positif, avec 5 milliards de francs (6,2 milliards au premier semestre 2019), en provenance d’Europe (Allemagne, Grande-Bretagne, Irlande et Luxembourg) et d’Asie. Mais les avoirs sous gestion ont reculé à 401,8 milliards de francs, en raison de la baisse des marchés et de la force du franc.