C’est une première. Dès le 1er juillet, les grandes banques et assurances devront émettre des rapports sur les risques que le changement climatique fait peser sur leurs activités, de la même manière qu’elles publient des rapports financiers, a annoncé l’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (Finma) lundi matin. Ces établissements devront aussi expliquer leur gestion de ces risques et les méthodologies qu’ils utilisent. Ces nouvelles obligations de transparence ont été saluées par les participants au processus de consultation qu’a mené la Finma, mais les spécialistes interrogés par Le Temps se montrent plus circonspects, voire carrément déçus.