Un œil sur la place financière

Greta ne peut pas rester passive

La gestion passive est partout. Mais son poids grandissant a des conséquences négatives insoupçonnées et elle atteint clairement ses limites lorsqu’elle s’attaque à l’investissement responsable

La gestion passive a littéralement explosé au cours des dernières années, en particulier à travers le développement spectaculaire des ETF, à tel point qu’elle a maintenant dépassé la gestion active dans plusieurs classes d’actifs. Cette industrie concentre ainsi une part croissante de l’épargne mondiale dans les mains d’un très petit nombre d’acteurs, qui forment un oligopole très exclusif. Ainsi, aux Etats-Unis, les trois plus grands acteurs contrôlent quelque 80% du marché des ETF. Il faut dire que leurs marges étant minuscules, seuls des géants globaux parviennent à survivre à la concurrence sans merci qui existe dans le secteur. Cette guerre des prix a atteint un tel paroxysme que plusieurs maisons américaines offrent désormais des ETF sans commission de gestion, ni courtage!

Lire aussi: La gestion passive, bientôt numéro un de l’investissement durable