Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
La grève devant la mine Escondida, au Chili. /REUTERS
© STRINGER

Chili

La grève d'une mine chilienne inquiète les marchés

Cette mine produit environ 927 000 tonnes de cuivre par an, soit 5% de l'offre mondiale. La production est suspendue pour les 15 premiers jours du mouvement

Les travailleurs d'Escondida au Chili, la plus grosse mine de cuivre au monde, propriété de l'anglo-australien BHP Billiton, ont entamé jeudi une grève «dure» pour demander des hausses de salaires. La grève a été approuvée par «99,9%» des quelque 2 500 salariés d'Escondida, après des semaines de négociations avec l'actionnaire principal, a-t-il dit.

Lire aussi: Au Chili, la plus grande mine de cuivre du monde se met en grève

Cette mine du nord du Chili produit environ 927 000 tonnes de métal rouge par an, soit 5% de l'offre mondiale. Les mineurs y travaillent douze heures quotidiennes pendant sept jours puis se reposent une semaine.

«L'entreprise maintient une position inflexible. Ce sera (un conflit) dur. Nous sommes disposés à résister le temps qui sera nécessaire», a prévenu Carlos Allendes, porte-parole du Syndicat des travailleurs d'Escondida. 

Dès mercredi, les employés avaient commencé à arrêter certaines des machines de l'énorme complexe minier et à abandonner leurs postes. Quelque 1 200 mineurs ont installé un campement provisoire à l'extérieur de la mine et constitué un fonds de soutien de 250 millions de pesos (390 000 dollars).

Une hausse des salaires et un bonus demandés

BHP Billiton, principal actionnaire de la mine, a annoncé la suspension de la production pour au moins les 15 premiers jours du mouvement, qui pourrait durer plus longtemps que celui de 2006 (25 jours). Le groupe a demandé à ses travailleurs d'éviter les actes de «violence».

La direction a créé une commission chargée d'«assurer la sécurité des personnes et des installations, ainsi que de maintenir les services minimaux autorisés par l'Inspection du travail», a déclaré le vice-président de la compagnie, Patricio Vilaplana.

L'entreprise refuse de céder aux exigences des employés, qui réclament une hausse de 7% des salaires et un bonus de 25 millions de pesos (près de 39 000 dollars) chacun, contre 8 millions proposés par la direction, sans augmentation de salaires.

«La mine d'Escondida a les travailleurs les mieux payés du Chili, avec des salaires moyens de 150 000 dollars par an», explique à l'AFP Gustavo Lagos, expert du secteur à l'Université catholique. Mais Escondida a souffert de la chute des cours du cuivre, plombés par l'essoufflement de la demande chinoise, ce qui avait poussé BHP Billiton à licencier une centaine d'employés début 2016 et à réduire les bonus et autres avantages des salariés.

Des réserves de cuivre importantes

Le sort de ce site de production stratégique inquiète les marchés, qui craignent une hausse des prix, d'autant que la situation semble également instable dans la deuxième mine du monde, Grasberg en Indonésie, gérée par l'américain Freeport-McMoRan, après de nouvelles réglementations minières.

«Une grève à Escondida serait importante, à cause de l'effet direct sur la production et l'équilibre du marché, mais également à cause de son poids symbolique, alors que les négociations (salariales) prévues cette année pourraient affecter 2,5 millions de tonnes» d'extraction de cuivre, soit 12% de la production mondiale, souligne Dane Davis, de Barclays.

Toutefois, «les grèves de 2011 et de 2006 n'ont duré que deux et quatre semaines respectivement. Par ailleurs, les réserves de cuivre sont à des niveaux importants», tempèrent les experts de Natixis.

Lire aussi: Des grands miniers au pied du mur

Le cours du cuivre a fortement augmenté fin 2016, profitant de la perspective de chantiers d'infrastructures aux Etats-Unis après l'élection de Donald Trump, pour gagner 30% en moins d'un mois, à 6 045,50 dollars la tonne fin novembre. Les prix se maintiennent depuis autour de ce niveau, le plus haut en un an et demi.

La Chine, premier consommateur mondial, pourrait pâtir «de pénuries saisonnières» liées à la grève mais le soudain renchérissement des cours ne suffira pas à décourager sa demande, indique à l'AFP Chris Wu, analyste du cabinet CRU. Les entreprises chinoises «n'ont pas le choix, car les stocks de cuivre concentré dans le pays peuvent être un recours pour quelques jours, mais pas trois mois», ajoute-t-elle.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)