L'Allemagne est partie pour une longue période de grève des services publics.

Le Bade-Wurtemberg en est à sa deuxième semaine de conflit et l'arrêt de travail des éboueurs, balayeurs de rues, employés d'hôpitaux et de crèches s'est étendu lundi à huit nouveaux Länder.

Plus de 22000 employés communaux ou régionaux ont ainsi cessé le travail à Hambourg, en Rhénanie-du-Nord-Westphalie, en Bavière, en Saxe, en Basse-Saxe, au Schleswig-Holstein ou en Sarre. Selon le principal syndicat des services, ver.di, 40000 autres employés devraient rejoindre le mouvement durant la semaine.

Kurt Martin, responsable des négociations pour ver.di, a toutefois précisé qu'il n'était pas question pour l'instant que les salariés des transports publics, qui bénéficient d'autres contrats de travail, rejoignent le mouvement. Le président de ver.di, Frank Bsirske, a menacé les pouvoirs publics d'une très longue grève.

Les grévistes s'opposent aux intentions des autorités régionales de faire passer la durée hebdomadaire de travail de 38, 5 à 40heures.

Selon le syndicat, qui s'est opposé au compromis proposé par le président de Rhénanie-Palatinat de compenser la durée supplémentaire de travail, il s'agit d'une question de principe: la généralisation des 40 heures au niveau national supprimerait selon lui plus de 250000 emplois.