Luxe

De Grisogono pourrait supprimer jusqu'à 31 postes en Suisse

«Les ventes de haute joaillerie n’ont pas atteint les niveaux prévus» explique, le joaillier et horloger de luxe genevois

De Grisogono doit se restructurer en raison des difficultés rencontrées dans la haute joaillerie. L’entreprise genevoise pourrait supprimer jusqu’à 31 postes en Suisse sur un total de 104, et jusqu’à 10 ailleurs dans le monde.

«Malgré des investissements considérables, les ventes de haute joaillerie n’ont pas atteint les niveaux prévus, en partie à cause des conditions difficiles dans certains marchés clés», explique De Grisogono dans un communiqué.

De Grisogono va redimensionner ses fonctions de production et de support. L’objectif est de «redresser la situation financière de la société et permettre son repositionnement en vue d’une croissance durable». Pour rappel, l’entreprise avait déjà licencié 19 employés fin 2015.

Procédure de consultation

Une période de consultation s’est ouverte lundi et se terminera le 23 avril. Au cours de cette période, les employés ont la possibilité de faire des propositions pour réduire le nombre de postes menacés. Les collaborateurs seront informés d’ici le 27 avril.

Le marché continue par ailleurs de montrer un fort intérêt pour les pièces de joaillerie fine et pour les montres de la marque, où la croissance est en ligne avec celle du marché, précise la PME basée à Plan-les-Ouates (GE).

De Grisogono entend continuer à développer ce segment. Les résultats positifs obtenus récemment à Baselworld confirment cette stratégie, ajoute l’entreprise fondée par Fawaz Gruosi.

Désengagement angolais

En décembre dernier, le groupe étatique de diamants angolais Sodiam, qui détenait 75% du joaillier romand par le biais d’une holding contrôlée par la famille de l’ex-président dos Santos, afin d’en faire un partenaire privilégié pour l’écoulement des diamants angolais, avait décidé de revendre les actions, à la suite d’un changement politique dans le pays.

Lire aussi: Quel avenir pour de Grisogono, lâché par les Angolais?

Et en 2016: L’Angola propulse De Grisogono au firmament des diamantaires

Publicité