mobilier

Le groupe d'ameublement Pfister est racheté par l'autrichien XXXLutz

La chaîne de magasins de meubles, jusqu’ici indépendante, passe sous pavillon autrichien. La holding de Pfister assure que rien ne changera pour les employés

La chaîne de magasins d'ameublement Pfister indique mercredi être rachetée par le groupe autrichien XXXLutz. Les marques Pfister Meubles, Hubacher, Egger et Svoboda seront maintenues. La holding F.G. Pfister assure que rien ne changera pour les employés et qu'aucun licenciement est prévu.

«Nous sommes une entreprise saine, qui connaît les chiffres noirs. Il est de plus en plus difficile pour un vendeur de meubles de continuer à se développer dans un environnement de marché globalisé et compétitif», a souligné le communiqué pour justifier cette «étape stratégique».

«L'entreprise familiale XXXLutz partage nos valeurs d'entreprise et dispose de la force de marché pour assurer le développement futur de Pfister et ses emplois en Suisse», a ajouté Corina Eichenberger, présidente de la fondation F.G. Pfister.

Lire aussi: Design: les meubles de La Chance

Une histoire commencée en 1882

Pfister a ouvert son premier magasin de meubles en 1882 à Bâle. F.G. Pfister Holding, dont le siège est à Suhr, comprend notamment les filiales Pfister Meubles et Arco Regio (avec les marques Hubacher, Egger et Svoboda). L'entreprise compte 1800 employés et ne communique pas de chiffre d'affaires. Pfister dispose de 20 magasins en Suisse. «Tous les collaborateurs continueront de travailler aux mêmes conditions», selon le document.

XXXLutz est présent dans 12 pays

Le mois dernier, son directeur général Matthias Baumann a quitté l'entreprise «sur des motifs personnels», après quatre ans à ce poste.

XXXLutz a ouvert son premier magasin en Suisse à Rothrist, en Argovie, en avril 2018. Le groupe est présent dans douze pays européens et emploie plus de 22 200 personnes dans près de 300 magasins. Son chiffre d'affaires annuel atteint 4,4 milliards d'euros (4,8 milliards de francs).

Une découverte à Nyon: Au Garage de Nyon, on se meuble «perso»

Publicité