Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire

Fonds

Le groupe GAM – dirigé par le financier le mieux payé du pays – supprime 15% de ses postes

GAM, le groupe dirigé par Alexander Friedman, présente des résultats décevants et ajuste son modèle d’affaires. Le bénéfice est inférieur aux attentes (-3% à 81 millions de francs). L’action plonge

Alexander Friedman, le patron du gérant de fonds GAM depuis septembre dernier, a annoncé mardi à la presse, à Zurich, un plan d’économies de 20 millions de francs – qui inclut une réduction d’effectifs de 15% (environ 150 emplois) –, les résultats semestriels et l’ajustement de son modèle d’affaires.

Les premiers pas en Suisse de l’Américain Alexander Friedman sont très suivis par les observateurs. L’ex-conseiller de Bill Clinton n’a-t-il pas obtenu un plan de rémunération de 15 millions de francs? Ce montant record pour un groupe financier gérant 124 milliards de francs d’actifs s’explique par la reprise par GAM des rémunérations à long terme promises à cet ex-directeur d’UBS et qu’il aurait perçues s’il était resté en fonction, soit un coût d’opportunité d’environ 6 millions de francs.

L’action du gérant d’actifs a fortement réagi (-5%) à la présentation du résultat. Le bénéfice semestriel de GAM s’inscrit en baisse de 3% par rapport au deuxième semestre. Il atteint 81,2 millions de francs, soit 11,3 millions en dessous des attentes. «Les résultats sont nettement inférieurs aux prévisions, surtout en raison de la modestie des commissions», a indiqué Andreas Venditti, analyste auprès de la Banque Vontobel. La déception est atténuée par le rebond de l’afflux de fonds qui atteint 2 milliards de francs dans l’investment management et 4,3 milliards dans les produits gérés pour d’autres sociétés. La direction se félicite également de la performance de placement. 83% des fonds ont un rendement supérieur à l’indice sur une période de trois ans.

Le groupe a souffert de la levée du cours plancher par la BNS. Les structures du groupe sont ainsi établies que 12% des revenus et 39% des coûts du gérant d’actifs sont enregistrés en francs.

La direction a présenté un ajustement du modèle d’affaires. «GAM est en train de mettre en œuvre un plan de croissance ambitieux mais réaliste», a ajouté Alexander Friedman. La première mesure consiste à économiser 20 millions de francs (5% des coûts). Il est vrai que le ratio des charges par rapport aux produits est élevé. A 66,6%, il est supérieur aux 63,2% de juin 2014 et aux objectifs de la direction (60-65%).

Les frais de personnel ont déjà baissé de 5% par rapport au deuxième semestre, grâce à un recul des rémunérations variables et des salaires, alors que les plans de rémunérations en actions se sont accrus ainsi que les cotisations sociales. Sans la fin du taux plancher, les coûts auraient été stables.

Alexander Friedman décide de mieux concentrer les ressources du marketing, de la vente et de la gestion des produits. Par ailleurs, les opérations et les services financiers, aujourd’hui éparpillés dans différents départements seront regroupés et les doublons éliminés. Enfin, le soutien à la gestion de portefeuille, la comptabilité et les processus de contrôle (Middle Office) seront confiés à la société américaine State Street.

Les effectifs du groupe – qui s’élèvent à 1097 collaborateurs (+1%), dont 343 en Suisse (inchangé) – seront réduits de 15%, en partie à travers les fluctuations naturelles. Le coût de la restructuration s’élève à 13 millions de francs.

Le groupe a également décidé de racheter Renshaw Bay, entreprise spécialisée dans le financement immobilier en Europe occidentale. Les investissements de cette société se montent à 1,2 milliard de francs.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)