En 1994, le groupe Manor appartenant à la Holding Maus Frères et regroupant l'ensemble des 70 grands magasins du groupe dans le pays avait déjà décidé d'unifier ses enseignes en Suisse alémanique sous une seule et même dénomination. Aujourd'hui, c'est au tour de la Suisse romande et du Tessin de connaître pareil développement. La Placette et Innovazione sont ainsi rangés dans les oubliettes du commerce de détail pour laisser place à Manor, désormais représentatif du groupe à l'intérieur des frontières. Mardi à Genève, la direction annonçait officiellement la nouvelle, le jour même de l'inauguration du nouveau Manor au centre ville, fruit de travaux de rénovation qui auront duré trois ans pour 50 millions d'investissements.

Les dirigeants d'un groupe qui se positionne au troisième rang suisse de la distribution, avec un chiffre d'affaires de 5,2 milliards de francs et 20 000 collaborateurs répartis sous les enseignes Manor, Jumbo, City Disc, Athleticum, Manora, Jeans & Co, Fly et Electroplus, ont saisi l'occasion pour présenter leur stratégie de développement dans le pays. Et pour une bonne raison: depuis une vingtaine d'années, les grands magasins connaissent, en tant que points de vente classiques dans la distribution, un recul constant de leur part de marché, désormais comprise entre 2 et 8% selon les pays. «L'implantation de grandes surfaces à la périphérie des zones urbaines fournit une première explication à cette évolution, exposait Rolando Benedick, directeur général de Manor. De plus les grands magasins souffrent d'un problème de positionnement, pris en tenaille entre les hypermarchés, les discounters et les boutiques spécialisées. Dans ce contexte, le succès de telle ou telle chaîne est avant tout une question de gestion et de stratégie.»

Inutile de dire que Manor se trouve précisément dans ce cas de figure, avec l'intention clairement affirmée de développer ses activités en Suisse, où le groupe a réalisé l'an dernier des ventes de 2,76 milliards (+2,3% par rapport à 1998) pour une part de marché de 3,4%. Cette année, l'ensemble des grands magasins devrait encore connaître une hausse du chiffre d'affaires de l'ordre de 2%, l'objectif étant de passer le cap des 3 milliards en 2003. Pour y parvenir, Manor a décidé de passer la vitesse supérieure en termes d'augmentation des surfaces de vente, demeurée en veilleuse durant la précédente décennie. L'an prochain, quatre nouveaux Manor vont ainsi ouvrir leurs portes, pour un chiffre d'affaires supplémentaire projeté à 150 millions de francs. D'autres projets sont également à l'étude, notamment pour les enseignes Athleticum et Fly en plein essor, avec une hausse des ventes prévues pour cette année de 30 et 15% respectivement.

Mais si le groupe nourrit de telles envies de développement, c'est aussi en raison d'une productivité en amélioration, les ventes par mètre carré ayant progressé de 6% à 10 580 francs depuis 1990, alors que Coop et Migros sont en recul. Pour les dirigeants de Manor, qui connaît une affluence de 8 millions de clients par mois, c'est bien la preuve que les nouveaux concepts mis en place dans leurs grandes surfaces, comme récemment la parapharmacie, ont pleinement porté leurs fruits. Ils entendent donc poursuivre sur cette lancée, faisant la part belle à l'innovation et à la flexibilité dans leurs grands magasins, et surtout en toute indépendance. Rolando Benedick l'a dit et répété: le groupe dans son ensemble, entièrement aux mains des familles descendantes des fondateurs, dispose d'une situation financière très saine avec un bon ratio de fonds propres, de sorte qu'une ouverture du capital n'est pas au programme et ne le sera probablement pas avant longtemps. Les observateurs et concurrents, curieux de la rentabilité réelle du groupe, devront encore attendre.