Le président de Gannett, Robert Dickey, a indiqué dans un message aux employés publié par plusieurs journaux du groupe, que les réductions d’effectifs étaient nécessaires en raison des «conditions économiques difficiles et de leur impact sur les recettes publicitaires».

Il a précisé que «1400 emplois environ», soit 3% des effectifs, seraient éliminés de la division qui publie quelque 80 journaux locaux. La grande majorité de ces emplois seront supprimés d’ici le 9 juillet, a-t-il indiqué, sans préciser s’il s’agissait exclusivement d’emplois de journalistes.

Les suppressions de postes ne devraient pas concerner le titre phare du groupe, USA Today.

Bénéficiaire en 2007, Gannett a accusé l’an dernier une perte de 1,8 milliard de dollars. Le groupe basé à McLean (banlieue de Washington), qui avait déjà annoncé l’an dernier le licenciement de 10% de ses effectifs, emploie encore 41’500 personnes. Il publie 84 quotidiens et près de 850 magazines et publications, et gère 23 stations de télévision aux Etats-unis.