Technologie

La guerre des clones de l’iPhone X fait rage

Motorola et Xiaomi viennent de lancer des copies du modèle phare d'Apple, allant jusqu'à proposer des fonds d'écran similaires. Selon un analyste, le fait qu'ils soient chinois les protège en partie contre des attaques en justice liées au copyright

«Jony Ive, Chief Design Officer pour l’industrie mondiale du smartphone.» Cette boutade, qui circule sur Twitter, résume en une phrase la situation surréaliste du marché. Le responsable du design chez Apple n’aurait ainsi pas seulement supervisé la conception de l’iPhone X, lancé en novembre 2017. Il a influencé la création de clones moins chers, lancés récemment – et sans vergogne aucune – par des fabricants chinois aussi renommés que Motorola et Xiaomi.

Présenté mi-août par Motorola, le modèle P30 est l’une des copies les plus abouties du smartphone d’Apple: l’écran occupe la quasi-totalité de la face avant et les bords sont réduits au minimum, l’encoche noire de l’iPhone X sur le haut semble copiée au millimètre près, le dos de l’appareil est également recouvert de verre et les deux objectifs, à l’arrière, sont placés de la même manière. Seules différences visibles: un petit logo Motorola en bas de la face avant et un lecteur d’empreinte au dos.

Lire aussi: Les fabricants de mobiles sont accusés de négliger leurs clients

«Le plus ridicule»

De quoi s’attirer les foudres des médias spécialisés. Le P30 est «le clone le plus ridicule de l’iPhone X» selon Mashable, c’est «probablement le clone le plus triste de l’iPhone X» selon BGR ou la copie «la plus honteuse» du téléphone d’Apple, selon Cult of Mac (pas forcément réputé pour son impartialité). Motorola est d’autant plus moqué que le fond d’écran du P30 utilisé pour sa communication ressemble à s’y méprendre à celui de l’iPhone X.

Xiaomi, le fabricant qui monte, va encore plus loin. Il commercialise ce mois le modèle Mi 8, avec des caractéristiques similaires: une paroi de verre au dos, un flash pile au milieu des deux capteurs photos, un fond d’écran similaire. Et même une position similaire pour les icônes lorsque l’écran est verrouillé. Xiaomi ne s’est pas arrêté là. Il propose sur ce téléphone la fonction «Face ID» (du même nom que celle de l’iPhone X), pour déverrouiller le portable par son visage via une caméra infrarouge. Et cet appareil intègre aussi des animojis (personnages imitant le visage du propriétaire), proposés jusque-là aussi… par Apple.

Pour d’autres consommateurs

Copier aussi Apple, est-ce payant? «Ce type d’imitation a débuté dans les années 1990, lorsque Siemens et d’autres ont copié le design de modèles de Nokia, explique Neil Mawston, directeur de la société de recherche londonienne Strategy Analytics. Imiter des smartphones peut aider à diminuer l’avantage compétitif de vos rivaux. Par exemple, Xiaomi aime vendre des clones de l’iPhone, avec des fonctions similaires à celle d’un iPhone mais à des prix moins élevés. Si un consommateur ne peut pas s’offrir un téléphone d’Apple, il va souvent opter pour quelque chose de moins cher qui lui ressemble».

Lire aussi: Brevet: Samsung condamné à verser 533 millions de dollars à Apple

Avec de tels clones, Xiaomi ou Motorola prennent le risque d’être attaqués en justice – on se souvient des sept années de bataille devant les tribunaux entre Samsung et Apple, qui s’étaient soldées, en mai dernier, par la condamnation du premier à verser 533 millions de dollars au deuxième. Pour Neil Mawston, le risque est limité. «Xiaomi est basé en Chine, où les lois sur la propriété intellectuelle sont beaucoup moins strictes qu’en Amérique du Nord ou en Europe occidentale. Jusqu’à présent, Xiaomi a été très prudent en visant en priorité les marchés émergents avec des lois souples, comme la Chine, la Russie et l’Inde.» En lançant son Mi 8 en Europe, Xiaomi y supprimera d’ailleurs le nom «Face ID». Quant à Motorola, originellement américain, il appartient depuis 2014 au chinois Lenovo, après sa revente par Google.

Si les concurrents d’Apple deviennent si agressifs, c’est parce que le marché des smartphones est en repli. Selon la société de recherche américaine IDC, il s’en est vendu 342 millions au deuxième trimestre au niveau mondial, soit un recul de 1,8% par rapport à l’année précédente – c’est le troisième trimestre de baisse de suite. Samsung (20,9%) est numéro un, devant Huawei (15,8%), Apple (12,1%) et Xiaomi (9,3%). La part de Motorola est d’environ 1 à 2%.

Publicité