«La Chine n’est pas la Suisse.» C’est par cette boutade que Feng Zhongping, directeur de l’Institut d’études européennes à l’Académie chinoise des sciences sociales, à Pékin, a souligné l’importance des relations entre la Chine et l’Union européenne (UE), dans le contexte de l’invasion de l’Ukraine par les troupes russes. Au Symposium de Saint-Gall qui se termine vendredi, cette guerre n’a pas manqué de susciter beaucoup de débats sur les relations entre l’Europe et la Chine.