Comment se passer de son PC et utiliser uniquement sa tablette – prenons l’iPad – en séance ou pour une présentation devant des clients? C’est possible, affirme certains, mais pour cela, il faut quelques outils spécifiques. Lesquels? Bienvenue dans la jungle des apps dans le jargon, ces applications qui permettent de transformer votre tablette en outil de communication et de production performant. L’App Store en compte quelque 225 000 développées spécifiquement pour l’iPad. La sélection qui va suivre sera donc forcément subjective. «Pour franchir le pas, il faut aussi admettre qu’on ne peut pas tout faire, estime Adrian Kosmaczewski, patron de la société vaudoise d’Akosma Software, spécialisée dans le développement d’applications. Par exemple, l’iPad ne sera jamais pratique pour réaliser des documents ou des dessins super-complexes, mais j’ai écrit une partie de mon dernier livre dessus, donc la convivialité y est.»

L’incontournable

Petit sondage par e-mail auprès d’une vingtaine de patrons et professionnels romands et le gagnant est… Evernote. Cet outil, version gratuite au départ, permet notamment de créer des textes, enregistrer des notes, des documents, de les retrouver puis les synchroniser. Non exclusivement orienté business, il a toutefois ses «aficionados». «Sa fiabilité d’utilisation et sa présence sur tous mes outils de travail en ont fait un compagnon indispensable. Je serais heureux qu’ils ajoutent encore d’autres fonctions», commente Ernest Gmünder, directeur IT du TCS.

Les productives

Pour Adrian Kosmaczewski, la suite d’Apple Pages (traitement de texte), Numbers (tableur) et Keynote (création de présentations) figure également parmi les outils de base. «Si votre feuille de calcul n’est pas trop complexe, Numbers suffit très bien par exemple», estime-t-il. D’ailleurs, ce trio de choc (10 francs chacun) caracolait en tête des ventes cette semaine sur le magasin en ligne de la firme à la pomme. Tout comme la suite Office2 HD (8 francs) dans la catégorie Economie et entreprise d’ailleurs. OmniGraffle (48 francs) remporte les suffrages quand il s’agit de créer des diagrammes.

Pour partager des fichiers, Drop­box reste une valeur sûre. «Elle permet notamment de ne jamais être limité par les barrières et restrictions des diverses boîtes e-mail, ce qui dans l’activité de tout homme d’affaires peut représenter un gain de temps certain», rappelle Paul Epiney, patron du Comptoir Immobilier à Genève. Anne Headon, associée de Crescendo Partners à Lausanne, estime que Dropbox a un téléchargement trop lent. Elle privilégie YouSendIt, toutefois payant au-delà d’un certain volume.

Les «coups d’pouce»

Pour imprimer, l’application gratuite HP ePrint se révèle précieuse, pour autant qu’une imprimante HP rôde dans les parages. Pour transformer n’importe quel document pris en photo en PDF, utilisez Docscanner (3 francs). Scanner Pro (7 francs) transforme votre ardoise numérique en véritable scanner. Besoin d’une traduction en temps réel? Lancé fin juillet au prix promotionnel de 1 franc, iTranslate Voice HD se montre précis et vous permet de parler 31 langues sans effort. Outre les apps des réseaux sociaux (Twitter et LinkedIn notamment) et les utilitaires (CFF, Search.ch) Skype reste plébiscitée côté téléphonie.

Les professionnelles

Et puis il y a toutes les applications destinées à des branches en particulier. Prenez l’immobilier par exemple, l’application Homegate.ch est une des plus prisées. Avec HomePad, qui a nécessité deux années de développement, deux Fribourgeois ont créé le buzz la semaine dernière, atteignant même le podium des applications les plus rentables. Disponible depuis environ six mois, leur application offre une procédure de A à Z pour faire un état des lieux complet d’appartement par exemple. «Cela marche car c’est une application qui vient du terrain, analyse Alexandre Jordan, courtier immobilier. Nous avons également beaucoup travaillé les aspects légaux, par exemple avec la signature finale sur l’iPad et le verrouillage automatique du PDF pour pouvoir garantir les originaux.»

C’est ainsi qu’une petite trentaine d’HomePad sont acquises chaque jour par les professionnels de l’immobilier. L’application est au prix promotionnel de 95 francs (contre 450 en prix réel), mais les deux compères ont également développé une plateforme internet pour compléter leur outil. Ils viennent également de conclure un accord de distribution exclusif de leur produit avec une filiale de Seloger.com en France, qui démarrera en octobre.

Les futures

Malgré cette pléthore d’apps en tous genres, pour le spécialiste Adrian Kosmaczewski, nous n’en sommes encore qu’aux balbutiements des applications pour ces tablettes. «Quand la génération d’enfants qui a grandi avec l’iPad entre les mains arrivera à maturité, ils ouvriront des directions que notre génération n’arrive pas à prévoir pour les écrans tactiles.»

Les patrons sondés ont aussi des applications rêvées: Paul Epiney veut «une adaptation de la réalité augmentée au monde de l’immobilier». Dominique Freymond, vice-président du conseil d’administration de La Poste, serait reconnaissant à celui qui invente l’application qui permet de reconnaître sans erreur les personnes sur la base de leur voix ou de leur visage – une sorte de Shazam (identificateur de musique) des rencontres réelles. Quant à Philippe Gaemperle, patron de Genilem, il rêve d’une «librairie intelligente», qui lui permette de rechercher instantanément n’importe quelle information facilement.