Gunvor pris dans un «tir croisé politique»

Brut La firme dit ne pas être sous enquête

Gunvor «n’a pas été informée d’une enquête menée contre elle». Dans un communiqué publié jeudi, la société de négoce pétrolier basée à Genève a répliqué à l’article paru mercredi soir dans le Wall Street Journal . Ce dernier faisait état d’une enquête pour blanchiment d’argent ouverte par les Etats-Unis concernant Guennadi Timchenko. Le milliardaire russe a cofondé Gun­vor en 2000, mais a vendu ses parts le 19 mars de cette année à son associé Torbjörn Törnqvist.

Réputé proche de Vladimir Poutine, Guennadi Timchenko serait soupçonné d’avoir transféré des fonds liés à des affaires de corruption en Russie via le système financier américain, avant la cession de ses parts dans Gunvor. Selon le quotidien, les enquêteurs s’intéresseraient en particulier à la manière dont ces fonds auraient pu servir à Gunvor pour acheter du pétrole à la société russe OAO Rosneft.

Liste noire

«Le Département américain de la justice (DoJ) n’a notifié Gunvor d’aucune enquête qui pourrait être menée contre elle. Nous sommes simplement pris dans un tir croisé de nature politique», se défend la société. Guennadi Timchenko figure en effet sur la «liste noire» américaine sanctionnant certains hommes d’affaires russes.