Guy Lachappelle est un Bâlois pur souche qui a fait l’essentiel de sa carrière dans la ville rhénane. Et c’est dans l’établissement Raiffeisen du centre-ville, à quelques mètres du siège de l’Association suisse des banquiers, que nous le rencontrons. La banque coopérative, qui compte plus de clients en Suisse que tout autre groupe, a précisément décidé de quitter l’organisation faîtière. Un fait aussi rare que surprenant. Guy Lachappelle avait mis de l’ordre dans la banque après les déconvenues de l’établissement sous la direction de Pierin Vincenz. Le président de la troisième banque suisse répond à nos questions sur les raisons de sa décision et sur l’avenir des banques orientées sur le marché domestique, à l’heure des taux d’intérêt négatifs et de la numérisation.

Le Temps: Pourquoi le terme de multinationale est presque un gros mot, alors que celui de coopérative est perçu comme sympathique?