Haiyan Li-Labbé se dit «européenne et chinoise». La gérante de fonds a passé la moitié de sa vie en Chine, où elle a appris le français, initialement pour devenir diplomate, et l’autre en France. «Je comprends les deux cultures», assure-t-elle. La Chine change très rapidement, à son avis, si bien qu’il est crucial de s’y rendre pour actualiser ses informations et lutter contre les préjugés. «Par exemple, les villes chinoises étaient très polluées il y a cinq ans et elles le sont nettement moins aujourd’hui», juge-t-elle. Ses parents et une grande partie de sa famille vivent encore à la campagne dans l’Empire du Milieu.

A lire aussi: La toile d'araignée des Routes de la soie