Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire

Justice

Hans Bodmer quitte Hyposwiss

L’avocat argovien quitte le conseil d’administration de la banque privée Hyposwiss. En toile de fond, le combat de deux multimilliardaires russes

Hans Bodmer démissionne avec effet immédiat. Dans un communiqué diffusé vendredi matin, la Banque cantonale de Saint-Gall (BCSG) déclare que l’avocat argovien «a proposé lui-même de se retirer [du conseil d’administration de notre filiale Hyposwiss], afin de faciliter la démonstration du caractère infondé des allégations lancées contre lui». Après un premier passage au conseil d’administration entre 2000 et 2004, Hans Bodmer ne se sera assis que quelque 4 mois sur le siège qu’il avait retrouvé en juillet de cette année. «Ce n’était pas une erreur de le reprendre», insiste pourtant un porte-parole de la BCSG.

Les «allégations» dont Hans Bodmer doit désormais démontrer le «caractère infondé» sont liées à une plainte mettant aux prises deux oligarques russes et à laquelle Le Temps a eu accès. Le 19 août, les avocats du multimilliardaire Oleg Deripaska ont dénoncé devant la justice suisse son homologue Vladimir Potanine, pour «gestion déloyale» et «blanchiment d’argent». Selon ce document, la somme en jeu dépasserait «le milliard de dollars». En toile de fond, le combat des deux oligarques pour la prise de contrôle du géant métallurgique Norilsk Nickel.

«La voie diplomatique»

Egalement visée par cette plainte, Hyposwiss. La banque privée est soupçonnée d’avoir joué un rôle dans ces transactions. Le Ministère public de la Confédération «n’ayant pas jugé justifié d’ouvrir une enquête pénale», selon le communiqué de la BCSG, la partie plaignante s’est tournée vers l’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (Finma), qui a demandé des explications à Hyposwiss. Un porte-parole de la banque confirme: «La Finma a ouvert une enquête sur nous cette semaine. Dans la foulée, nous avons mandaté PriceWaterhouseCooper (PWC), notre auditeur externe, pour témoigner de notre bonne foi vis-à-vis de la Finma.» Selon lui, la démission de Hans Bodmer n’est en aucun cas liée à ces enquêtes. «Nous avons connaissance de ce cas et sommes en relation avec les instituts touchés», assure pour sa part la Finma.

«Hans Bodmer a choisi la voie diplomatique», analyse Peter Cosandey, expert en opérations de blanchiment d’argent basé dans le canton de Zoug. «Selon mon expérience, dans un tel cas, c’est clairement le conseil d’administration qui lui a demandé de partir.» «C’est peut-être PWC qui a inspiré la démission de Hans Bodmer… Dans cette affaire, tout est possible», estime une source proche du dossier.

Le porte-parole de Vladimir Potanine en Suisse déclare «ne pas pouvoir commenter la démission de Hans Bodmer, car nous respectons le cheminement juridique suisse.»

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)