Les responsables de la Fondation Max Havelaar en Suisse ont les yeux rivés sur l'évolution des ventes de bananes portant le label «commerce équitable». Parce que ce fruit est le premier produit frais introduit dans l'assortiment proposé par l'organisation. L'organisme tiers-mondiste a annoncé mercredi que ses partenaires ont écoulé 7200 tonnes de bananes certifiées, soit une part de marché de 10%. Ces résultats sont moins bons que prévu en raison de problèmes de qualité survenus début 1998 suite à l'ouragan El Niño.

Le miel est en léger recul, de 4%. Malgré un marché difficile, les ventes de café se sont en revanche accrues de 1,2%, pour atteindre 1373 tonnes. En Amérique centrale, certaines coopératives ont cependant de la peine à financer leurs achats pour honorer les livraisons. Les fortes variations de prix handicapent les intermédiaires qui ne disposent pas d'une trésorerie suffisante.

Les chocolats et les thés se sont bien vendus. La première gamme de produits a connu une hausse de 14% pour dépasser les 141 tonnes. Quant aux ventes de thés «équitables», elles ont augmenté de 32% à 41,5 tonnes. Au début 1999, Max Havelaar a lancé un second produit frais, le jus d'orange, acheminé depuis le Brésil et le Mexique.

Quant au compte d'exploitation de la fondation, il s'est bouclé avec un excédent de recet- tes de 69 311 francs (1997: 336 629 francs). Les dépenses se sont accrues à 1,7 million de francs. Dans le total des recettes (1,77 million de francs) le plus gros revenu provient des recettes de licences. Il a dépassé l'an dernier 1,2 million de francs (1997: 1,1 million).