Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Le marché des obligations à haut rendement se comporte très bien, mais les risques sont-ils correctement appréhendés?
© AP/ Richard Drew

Taux

Haut rendement: les risques sont-ils correctement rémunérés?

OPINION.La volatilité est faible, les nouvelles émissions se poursuivent et les spreads continuent à se réduire. Attention aux valorisations

Les valorisations d’obligations européennes à haut rendement soulèvent la question de savoir si les investisseurs recevront une compensation à la hauteur des risques liés à cette classe d’actifs. Depuis la crise financière, la valorisation des obligations européennes à haut rendement semble avoir atteint ses limites, les rendements ont considérablement diminué et les spreads avoisinent leurs niveaux les plus faibles. Par conséquent, cette classe d’actifs à haut rendement paraît tout sauf attrayante, mais les facteurs techniques et fondamentaux devraient également être pris en compte, tout comme sa valeur relative devrait être comparée à d’autres secteurs obligataires. D’un point de vue technique, une image solide se dessine: le taux de défaut est bas et l’émission nette d’obligation faible, tandis que les souscriptions dépassent les émissions d’obligations sur le marché primaire et les capitaux injectés dans cette classe d’actifs se maintiennent.

Les données fondamentales s’améliorent

Les données fondamentales de la classe d’actifs sont également positives et continuent à s’améliorer. Il s’avère que l’endettement moyen des entreprises est en baisse et que les ratios de couverture des frais financiers augmentent. Par ailleurs, les bénéfices des entreprises sont à la hausse, ce qui est encourageant. De plus, la classe d’actifs est soutenue par une dynamique économique positive qui touche la zone euro et par une faible inflation persistante.

Lire aussi: Un Petit Poucet devenu mastodonte

Si la Banque centrale européenne (BCE) a annoncé en janvier dernier une diminution de ses investissements obligataires, le chemin vers cette normalisation devrait se faire de manière lente et prudente. C’est ce que la BCE a souligné lorsqu’elle a indiqué son intention de réinvestir les remboursements des emprunts arrivés à échéance. La banque a en outre garanti qu’elle ne relèverait pas les taux directeurs tant que les achats de titres ne seraient achevés. Elle s’est aussi réservé la possibilité de réaugmenter le montant, voire de prolonger la durée de son programme de soutien à l’économie si cela s’avérait nécessaire. Dans l’ensemble, nous sommes convaincus que la BCE continuera à maintenir sa politique de soutien à long terme.

Lire également: Au-delà des travers de la gestion passive

Au regard de ces facteurs se pose la question suivante: comment se présente le marché des obligations à haut rendement par rapport au marché des crédits? Le marché des crédits européen a connu un essor important en 2017, les investisseurs en quête de rendements s’étant tournés vers cette classe d’actifs. Les taux de recouvrement historiques élevés rendent le marché des crédits attractif. Toutefois, il ne faudrait pas que les investisseurs négligent les récentes évolutions: on observe en Europe une forte augmentation des financements dits «covenant lite» (assortis de clauses financières peu contraignantes), lesquels protègent généralement moins bien les investisseurs – raison pour laquelle ils sont considérés comme plus risqués.

Lire aussi: Les quants, des inconditionnels de l’intelligence artificielle?

Par ailleurs, une part considérable des produits des capitaux investis sur le marché des crédits est utilisée pour des activités d’acquisition, tandis que sur le marché européen des obligations à haut rendement, le refinancement reste prédominant. Compte tenu de cette tendance, nous pensons que le marché des crédits est aujourd’hui plus fragile, eu égard à l’aversion au risque général des investisseurs.

Tendance positive persistante

La tendance positive marquée sur le marché des obligations européennes à haut rendement continue. La volatilité est faible, les nouvelles émissions se poursuivent et les spreads continuent à se réduire. Cette évolution est due à une classe d’actifs présentant des facteurs fondamentaux et techniques favorables. Même si cette tendance positive devrait perdurer, il convient de se montrer prudent en ce qui concerne les valorisations. Une recherche bottom-up sur des analyses de crédit est essentielle. Il est important de bien connaître l’entreprise et d’identifier les risques/bénéfices d’un placement. Pour être en mesure de décider si la rémunération des risques est proportionnée, il est indispensable d’avoir une vision extrêmement claire et précise des risques encourus.

Voir aussi: Blockchain: le chaînon manquant 

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)