Horlogerie

Haute horlogerie: la nouvelle liste qui divise la profession

La Fondation de Haute Horlogerie publie ce mercredi un livre, permettant de mieux comprendre le terme de «haute horlogerie». Sur 86 marques passées au crible, 64 peuvent désormais revendiquer ce statut

A l’interne, on reconnaît que le projet est «téméraire», «délicat», voire «ambitieux». La Fondation de Haute horlogerie (FHH) publie ce mercredi un «Livre Blanc» qui circonscrit son cœur de métier. A l’aide de 28 critères compilés par un collège d’experts réunis en un Conseil culturel, la FHH propose désormais une définition «mesurable» de la haute horlogerie. Conséquence: la fondation qui organise notamment le salon horloger de Genève liste désormais sur son site Internet les marques pouvant se prévaloir de ce statut.

Ainsi, sur 86 marques passées à la loupe, 64 font effectivement de la haute horlogerie, note Pascal Ravessoud. Le secrétaire général du Conseil culturel explique que, pour pouvoir comparer des horlogers aussi différents que Kari Voutilainen peut l’être de RJ Romain-Jerome ou de Breitling, les marques ont été classées en quatre catégories: maisons historiques (Omega, Rolex, Patek Philippe…), marques contemporaines (Roger Dubuis, Richard Mille…), marques de luxe (Hermès, Louis Vuitton…) et artisans créateurs (Philippe Dufour, Andreas Strehler…). «Nous avons un peu adapté les critères en fonction des catégories», souligne Pascal Ravessoud.

Pour l’heure, le projet s’arrête aux frontières européennes, mais ce n’est qu’une première étape. «Par la suite, nous pourrions tout à fait nous intéresser à des marques asiatiques», esquisse le coordinateur du projet.

Une «immense confusion»

Le projet est né presque en même temps que la FHH, en 2005. «Tout le monde me demandait ce que recouvrait le terme de haute horlogerie. Il y avait une immense confusion, ce terme a été passablement galvaudé ces dernières années et nous voulions pouvoir séparer le bon grain de l’ivraie», explique Fabienne Lupo.

Pour éclaircir cette notion «dont tout le monde perçoit les contours, mais qui ne possédait pas de réelle définition», la fondation s’est adjoint les services de 46 connaisseurs de l’horlogerie au sens large: on y trouve par exemple le conservateur adjoint du Musée international d’horlogerie de La Chaux-de-Fonds Jean-Michel Piguet, le fondateur du blog Hodinkee Ben Clymer ou le directeur de l’ECAL Alexis Georgacopoulos. Aucun d’entre eux ne travaille directement pour une marque horlogère, précise la FHH.

28 critères, sept familles

Les 28 critères s’articulent en sept familles couvrant notamment des domaines tels que la fabrication, le design, l’histoire, le service après-vente ou encore la formation. Chaque critère est évalué et noté (de 1 à 10). «C’est un peu scolaire, reconnaît la présidente et directrice générale de la FHH Fabienne Lupo. Mais nous voulions vraiment que la définition soit transparente et quantifiable…» Avec une note supérieure à 6,3, les marques font partie du périmètre.

Pour celle dont la moyenne court de 5,7 à 6,3, les experts doivent voter une seconde fois. Au final, le détail des notes n’est pas rendu public et une réévaluation de chacune des marques aura lieu tous les «deux ou trois ans», précise Pascal Ravessoud. A terme, le but de la FHH est de faire de cette classification une sorte de label. «Le client final pourra se rendre sur notre site Internet pour savoir exactement qui fait quoi dans cette industrie», se félicite Pascal Ravessoud.

Liste de marques absentes

La FHH insiste: malgré ses liens avec le groupe Richemont – elle vient d’emménager dans son campus de Meyrin (GE) et gère l’organisation de salons auxquels ses marques participent –, son travail a été fait «en toute indépendance». Et son objectif est bienveillant. «Nous voulons valoriser les marques qui figurent dans le périmètre de la haute horlogerie et non pointer du doigt celles qui n’y sont pas», insiste Fabienne Lupo.

Pourtant, par déduction, cette liste désigne aussi les marques absentes du classement. Impossible ainsi d’y trouver les Corum, Baume et Mercier, Tudor, Longines, De Grisogono ou encore Franck Müller. «Je ne pense pas que ces maisons seront froissées. Aujourd’hui, nous leur présentons simplement un miroir en disant: voilà l’évaluation de votre marque par un panel de 46 experts», relève Fabienne Lupo.

Crispations en vue

D’autres jugent en revanche que cette liste provoquera des crispations. «Certes, ce classement par league a le mérite d’ouvrir le débat. Mais certaines marques déclassées vont mal le prendre et les critères seront forcément critiqués. D’autant que l’on peut douter de l’indépendance de la FHH par rapport au groupe Richemont», lâche le consultant horloger Olivier Müller.

Contacté, le patron de Longines assure pour sa part que son absence dans le classement ne l’empêchera pas de dormir. «Nous sommes la quatrième marque suisse en termes de ventes et nous faisons des montres depuis 1832, fait valoir Walter Von Känel. Cela me permet de me faire mes propres réflexions sur les critères retenus…»

Inclus dans le périmètre de la haute horlogerie, Philippe Dufour juge, lui, que cette définition est «une bonne chose». L’artisan horloger de la Vallée de Joux estime en effet que la branche avait atteint une limite et dresse un parallèle avec les produits bios: «Tout le monde prétend en faire, mais aujourd’hui plus personne ne sait vraiment ce que cela signifie. Cette définition pourra certainement aider les consommateurs à y voir plus clair.»


 

Les marques de haute horlogerie, selon les critères de la FHH

Maisons historiques

A. Lange & Söhne – Audemars Piguet – Blancpain – Bovet Fleurier – Breguet – Breitling – Bulgari – Cartier – Chopard – Girard Perregaux – Glashütte Original – H. Moser & Cie – Harry Winston – IWC – Jaeger-LeCoultre – Jaquet Droz – Officine Panerai – Omega – Patek Philippe – Piaget – Rolex – TAG Heuer – Ulysse Nardin – Vacheron Constantin – Van Cleef & Arpels – Zenith

Marques contemporaines

Armin Strom – Ateliers Louis Moinet – Cabestan – Christophe Claret – De Bethune – De Witt – FP Journe – Greubel Forsey – Hautlence – Hublot – HYT – Laurent Ferrier – Maîtres du Temps – MB&F – MCT – Parmigiani – Ressence – Richard Mille – Roger Dubuis – Romain Gauthier – RJ-Romain Jerome – Speake Marin – Urwerk

Marques de luxe

Chanel – Hermès – Louis Vuitton – Montblanc

Artisans créateurs

Andreas Strehler – Antoine Preziuso – Beat Haldimann – Christiaan Van der Klaauw – Grönefeld – Kari Voutilainen – Philippe Dufour – Roger W. Smith – Sarpaneva – Thomas Prescher – Vianney Halter

Publicité